Tous les articles par Thierry

Journées scientifiques de Han sur Lesse

Le 18 et 19 novembre 2017.

Ce colloque organisé par le : Centre Belge d’Etudes Karstologiques, La commission scientifique de l’Union Belge de Spéléologie s’est déroulé dans des conditions exceptionnelles à la ferme de Dry Hamptay que le domaine des grottes de Han met à notre disposition.

Cette année était un grand cru avec 110 participants venus de Belgique, Hollande, Allemagne, Luxembourg, France, Tunisie. Comme d’habitude une forte communauté venue de France était présente et entre autre la présidente adjointe de commission scientifique de la FFS.

La journée a commencé par les exposés de :

            – la zone des grottes Schmerling aux Awirs présenté par Luc Willems de l’université de Liège, CRSOA

            – quelques datations de stalagtiques belges et leurs conséquences par Yves Quinif de l’université de Mons

            – les phénomènes d’adversité dans le synclinal carbonifère de Comblain au Pont par Jean Godissart de l’Union Belge de Spéléologie

            -traçage en zone non saturée…quels enseignements? Par Ama Êl Poulain de l’université de Namur, GRPS

Après une courte pause café, la matinée continue par une conférence sur :

            -La spéléologie avant la spéléologie : comment les Lumières ont éclairé la nuit des cavernes par Christophe Gauchon du laboratoire EDYTEM, université de Haute Savoie

Après le repas, une présentation de quatre posters pour remettre les troupes en marche;

           -1er poster : la lamination dans les stalagmites en Belgique: grottes du Noû Bleû et Remouchamps par Sophie Verheyden Belspo, CSARI

            -2ème poster : la grotte et l’âbime de Comblain au Pont : nouvelles perspectives hydrogéologie par Jérèmy Flament Institut Scientifique de Service Public- eaux souterraines, ISSeP, CRSOA

            -3ème poster : reconstitution des paysages karstiques par l’approche cartographique 3D; application au Pont d’Arc et à la combe d’Arc par Kim Genuite laboratoire EDYTEM – université de Haute Savoie, CNRS

            -4ème poster : suivi climatique de la grotte de Han : bilan des mesures et perspectives par Serge Delaby CSARI

Puis dans la deuxième cession les exposés suivants nous sont proposés :

            – la Muñeca Fea, Mexique, et le projet Lidar par Richard Grebeude Groupe Spéléo Alpin Belge

            – indices karstiques en carrières souterraines par Georges Michel CWPESS

            – prospection géophysique non-invasive dans la grotte de Bruniquel par Christian Burlet Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique

            – étude anthropologique de la grotte n°1 des Avins à Clavier par Charlotte Sabaux université libre de Bruxelles, histoire de l’art et archéologie

 

La troisième cession de la journée

            – analyse de l’érosion régressive des cascades du Rupt du Puits : le projet participatif Bilborupt par Stéphane Jaillet laboratoire EDYTEM – université Haute Savoie – CNRS

            – les fantômes remontent la Meuse… observations préliminaires à propos d’un fantôme de roche en forêt de Jaulnay par Benoît Losson LOTERR, université de Lorraine

            – le renouveau de la commission scientifique de la FFS par Josiane Lips présidente adjointe de commission scientifique de la FFS

            – le géopark Famenne-Ardenne par Serge Delaby Géopark Famenne Ardenne

Yves Quinif nous présentera l’excursion de dimanche et donnera quelques conseils de sécurité pour entrée sur le site de la carrière de pierres bleues de Soignies. La conclusion de la journée qui habituellement se fait par Camille Eck, mais retenu par ailleurs, ce sera Luc Willems qui s’en chargera.

Excursion du dimanche:

Yves Quinif nous hypnotisera sur de magnifiques fantômes de roche devant un parterre d’une cinquantaine de congressistes et cerise sur le gâteau, il conduira un petit groupe à l’issu de la visite de la carrière sur un lieu où une partie de route et une maison se sont affaissées dû à certains travaux industriels.

José Prévôt

Le SSF au Brésil.

MISSION D’EVALUATION DES FORMATEURS BRESILIENS LORS D’UN STAGE DE FORMATION AUX TECHNIQUES DE SECOURS  SOUTERRAIN. du  octobre 2017

La formation s’est déroulée près la petite ville d’Itacarambi, au nord de l’Etat du Minas-Gerais et au coeur du « parque national du Péruaçu ».

Après les stages techniques organisés en 2009, 2010, 2012, 2013, 2015, 2016. Les cadres et sauveteurs brésiliens ont souhaité organiser une nouvelle formation pour octobre 2017. Comme pour l’édition de 2015, les cadres français n’assureront que l’encadrement pédagogique des instructeurs brésiliens. Les Brésiliens souhaitent étoffer le nombre de leurs instructeurs. Après les dernières formations, ils se sont facilement rendu compte que celui-ci était insuffisant. Le stage est toujours basé sur l’enseignement donné par le S.S.F. à ses sauveteurs. A quelques exceptions près, tous les cours sont dispensés et argumentés en portugais notamment grâce à la récente traduction du manuel du sauveteur du SSF. Toutefois, comme de coutume, une adaptation à la réalité du terrain est de mise.

Le stage est destiné aux spéléologues, aux guides spéléo locaux, aux personnels du parc national ainsi qu’aux sapeurs-pompiers militaires, qui ont tous un rapport avec le monde souterrain. Tous les thèmes du secours souterrain seront abordés : L’assistance aux victimes, les communications sous terre, le secours en plongée, la sécurisation des lieux, la désobstruction, la gestion des secours et évidement le thème principal : l’évacuation technique d’une victime dans toutes les conditions.

Le niveau technique secours des instructeurs est du niveau chef d’équipe SSF.  La pédagogie d’enseignement est dans l’ensemble bonne. L’équipe progresse et trouve les points à améliorer ou à travailler. Sous terre, ou en falaise, les instructeurs ont généralement trouvé leur place sur les ateliers. A tour de rôle, ils ont pris la responsabilité de la journée. Cette rotation nous a permis de mieux conseiller les cadres dans les différentes fonctions de gestionnaire.

Depuis maintenant quelques années ces cadres commencent à acquérir de l’expérience. Ils ont actuellement toutes les données et la volonté pour continuer la structuration du Spéléo secours brésilien. En conclusion, nous confirmons que les actuels instructeurs brésiliens possèdent le niveau suffisant pour encadrer les formations de base en secours spéléo. Toutefois, par manque d’effectif et par déficience structurelle, ils ne souhaitent pas encore être autonome pour nommer leurs pairs.

 

Canyon y Machete Colombie

L’expédition Canyon y Machete a pour objectif l’ouverture de canyons en Colombie. Une première expédition s’est tenue du 15 novembre 2016 au 4 avril 2017. Elle avait pour objectif de développer le canyonisme en Colombie sur différents plans : développement de la pratique du canyonisme, formation en canyonisme et prospections de nouvelles courses. A cette fin, un gros travail de terrain nous a permis d’étudier les régions les plus propices à l‘ouverture de canyons, entre lesquelles : Valle del Cauca, Risaralda, Quindio, Cundinamarca, Meta, Huila et Putumayo. Durant cette expédition nous avons descendus 29 canyons, dont 11 font partie de nos ouvertures. La moitié du pays étant occupée par des massifs montagneux, nous nous sommes rendu compte que le potentiel d’ouverture était aussi grand que notre envie de revenir explorer ces terres.

C’est pourquoi nous organisons rapidement une nouvelle expédition, du 31 octobre au 4 décembre 2017, à laquelle fait partie un troisième canyoneur confirmé : Michael BOUILLOUX. Notre expédition est avant tout une aventure Franco-colombienne. Grâce à notre travail de repérage et à nos nombreuses rencontres et amitiés, nous avons pu cibler sur trois points de chute : en priorité le Nariño. Situé dans le sud du pays, ce département nous avait fait rêver la fois précédente mais des pluies diluviennes nous avaient empêchés d’aller repérer. Pourtant, là où la Cordillère des Andes donne naissance aux trois chaines de montagnes : occidentale, centrale et orientale, le nombre de cascades est inquantifiable ! Une fois satisfaits de notre travail dans le Nariño (2 semaines), nous planifions de retrouver nos amis colombiens dans le département voisin du Putumayo (1 semaine). Enfin, nous avons prévu de constituer une dernière équipe franco-colombienne dans le département de l’Antioquia, à une vingtaine d’heures de bus vers le nord du pays (1 semaine).

Mais arrivés en Colombie, nous devons déjà trouver des solutions de repli, un plan B. Lorsque nous nous dirigeons vers le Sud du pays, par la seule voie desservant Pasto, capitale du Nariño, une révolte de populations indigènes barre la route, empêchant toute circulation vers ce secteur. C’est seulement arrivés à Cali, à presque mi-chemin, que nous apprenons cet évènement. Nous évoquons bien sûr la possibilité d’un transport aérien, en ayant conscience des frais qu’engendreront nos bagages sur un vol interne, mais au même moment une grève des pilotes condamne également cette possibilité.

Nous ne pouvons pas retourner notre itinéraire, car ni nos amis de l’Antioquia, ni nos amis du Putumayo ne sont prêts à nous recevoir si tôt. Il nous faut un plan B… Notre travail précédent nous permet de nous retourner rapidement, et dès le lendemain nous descendons les cascades de tuf de Chicala, dans le département du Tolima, que Jérôme, le 4ème membre de Canyon y Machete, avait ouvert en 2014. Le soir même nous faisons la rencontre de Sigifredo, l’acteur local du développement du canyoning, pour établir un plan d’attaque dans ce secteur improvisé. Sigifredo nous accueille avec toute la gentillesse et la générosité propre aux Colombiens, mais comme nous n’avions pas prévu d’aller dans le T

Canyon de Makuk , Narino

olima, notamment à cause de la météo pluvieuse actuelle, il a été difficile d’organiser des ouvertures : les canyons sont en crue, l’eau ruissèle sur toutes les pentes. Cela dit, nous sommes reconnaissants de ce changement d’itinéraire, qui nous a permis de découvrir l’incroyable vallée du Combeima. C’est la première fois que nous rencontrons, depuis notre découverte de la Colombie, une vallée si propice au développement du canyoning. En logeant dans cette vallée, on peut rayonner en étoile pour descendre les 16 canyons aujourd’hui ouverts. 16 canyons, et on en recense une centaine encore jamais descendus. Pendant que les indigènes barrent notre route, nous profitons de ce temps pour descendre les incontournables classiques de la vallée, non sans émotions car elles sont bien chargées en eau. Nous profitons ainsi des belles descentes de la Honda et de la Plata (partie inf.) tout en rêvant du moment opportun d’ouvrir leur partie supérieure. L’idée nous reste dans un coin de la tête de revenir à la fin du mois, si notre agenda nous le permet. Nous passons le reste de notre temps à marcher en montagne, à repérer de nouveaux projets d’ouverture, si alléchants qu’on peine à quitter cette belle vallée pour reprendre nos projets initiaux. La situation avec les « groupes indigènes » ne s’est pas débloqué, mais nous pouvons contourner le barrage en prenant une route secondaire : « le tremplin de la mort ». Cette longue piste sinueuse nous permet de contourner le blocage en nous faufilant dans la Cordillère des Andes, et en priant pour qu’un des nombreux éboulements de terrain dont souffre cette voie ne se produise pas lors de notre passage.

 

 

Avec ce contre temps, nous avons déjà « perdu » une précieuse semaine d’expédition, et nous savons d’ores-et-déjà que soit l’étape du Putumayo, soit l’étape de l’Antioquia devra être sacrifiée.

Nous sommes accueillis dans la ville d’altitude de Pasto (2250m) par notre ami Colombien Tarik, seul et unique canyoneur du département. Tarik est de bon conseil, il connaît très bien sa région. La fois précédente, de nombreux colombiens nous ont fait rêver en disant que les deux canyons les plus ludiques de la Colombie se trouvaient dans le Nariño. Makuk et Mozamorra ont sculptés des sauts et des toboggans dans une roche ressemblant au granite. Lorsque nous avons vu les images, nous n’avions plus aucune hésitation : c’est exactement le type de canyon que nous cherchons. Et c’est la raison pour laquelle nous sommes venus jusqu’ici. Nous allons donc prospecter dans la région du cañón de Juanambu. D’après nos recherches Google Earth, et les échos que nous avons de cette région, le secteur regorge de canyons.

Pourtant, quand nous arrivons, la première idée qui nous vient en tête est : « Dis donc, c’est vraiment aride par ici ».

Canyon du Barranco, Narino

Après s’être fait cette réflexion, nous passons trois jours à marcher dans la montagne pour vérifier nos projets. Malheureusement, la plupart des canyons potentiels que nous avons pointés sont soit inaccessibles, soient … secs ! Nous dévalons tout de même avec joie les toboggans du canyon de Makuk, l’icône du ludisme en canyoning. Nous ouvrons également deux courses : le canyon sauvage de Las Delicias, avec plusieurs cascades de 30m sculptées dans une belle roche, ainsi qu’une étonnante petite course taillée dans une veine de marbre : le San Pedro. Finalement ça sera tout pour ce secteur.

Nous décidons d’aller prospecter un peu plus loin, dans le secteur de La Cruz, où la cascade de Tajumbina nous fait bien envie. Haute d’une soixantaine de mètres, elle cache en amont une étroiture tout à fait séduisante. Lorsque nous atteignons enfin la convoitée, une pluie battante la met en crue en moins d’une demi-heure. La saison des pluies commence juste dans le Nariño, le moment n’est pas opportun pour ouvrir cet estrecho. Mais il nous laisse plus que rêveur, et il reste dans un coin de notre tête. Nous rebroussons donc chemin, en notant au passage une autre ouverture possible : le grande verticale de San Francisco (200m), précédée également d’un très bel encaissement. Mais nous choisissons de respecter notre agenda et de passer au secteur suivant. Au passage, nous faisons tout de même halte au village de San Pablo, pour ouvrir le canyon de San Pablo qui finit dans le village. Il nous tends les bras. En amont le canyon est taillé dans un joli petit encaissement, permettant quelques sauts et toboggans dans des petites vasques profondes. Puis, arrivés à la plus grande verticale (45m), nous perçons dans une sorte de grès, la roche est très friable, plusieurs goujons ne prennent pas. Nous jouissons toute la descente d’une vue surplombant San Pablo.

Nous arrivons au village sous l’œil ébahit des villageois qui s’accumulent autour de nous alors que nous nous changeons. L’un nous filme, l’autre nous invite à nous changer à l’intérieur, une dame nous offre le café. Dans cette région qui voit si peu d’étrangers, nous paraissons pour des extraterrestres. Et effectivement, cette région a été extrêmement isolée jusqu’à l’année dernière (2016), lorsque les Guérillas, qui sévissaient sans relâche dans la région, ont accepté de rendre leurs armes. Depuis un an seulement, les villageois vivent enfin en sereinement. Je ne peux m’empêcher de penser aux enfants, qui sont venus se prendre en photo avec nous, qui n’avaient encore jamais connu, cette situation de paix. Il y a un an, les villages étaient tellement enclavés que les habitants pouvaient parfois ne jamais en sortir. Ils avaient régulièrement un couvre-feu qui leurs imposait de rentrer chez eux avant 14h. Pourtant, en passant dans ces villages, loin de nous l’idée qu’ils auraient pu être en proie à ces guérillas, tellement nous avons ressenti la gentillesse et la générosité des habitants.

Canyon de Yambinoy, Narino

Avec ces deux futurs projets en tête, nous passons étudier le secteur prévu suivant : la Florida, située au Nord Ouest du volcan de las Galeras. Les deux canyons potentiels que nous visons, le Yambinoy et le Rio Barranco, sont nichés dans les encaissements des contreforts du volcan. Les accès sont relativement aisés, mais leur encaissement et leurs grands bassins versant augmentent sévèrement la notion d’engagement. Lors de nos repérages, nous notons un fort niveau d’eau qui nous laisse dubitatifs. Est-ce que ça passe ? Les chutes d’eau sont puissantes, les vasques sont blanches, et pourtant quelque chose nous dit que c’est bon. Après concertation, nous descendons avec joie l’enchainement du Yambinoy. Son geyser (30m), le rappel de la faille (30m) et le joli saut final de 6m sont les obstacles qui nous ont le plus marqué. A peine sortis, nous trépignons d’impatience pour descendre son voisin le Rio Barranco. Il est plus long, il compte 3 estrechos, et il a encore plus d’eau que le précédent. Que faire ? Nous passons une bonne journée à marcher, à repérer, à collecter le maximum d’informations possibles sur les cartes, dans le paysage, auprès des locaux. Après concertation, nous concluons que ce canyon mérite une ouverture sur au moins deux jours, et impose quelques impondérables côté logistique : bivouac, transport, mules. Nous décidons d’ouvrir le premier estrecho. C’est le seul qui nous permet de réchapper juste après. Nous ferons ainsi mieux connaissance avec le canyon. Le débit approche le mètre cube/seconde, l’estrecho est taillé dans un basalte très sombre. Cette première partie est très courte mais nous mettons quand même 2h pour l’ouvrir, en installant notamment une belle main-courante d’accès à la dernière cascade que nous avions repéré de loin, alors qu’elle jaillissait de l’estrecho en une belle queue de cheval. C’est sûr, il faudra revenir à la saison sèche. Ce canyon a un énorme potentiel, il nous laisse tous les trois rêveurs. Décidément, que de beaux projets repoussés à demain. Mais en venant en Colombie en novembre, nous savions que ce début de saison des pluies pouvait nous faire défaut.

Nous passons donc au 4ème et avant-dernier secteur d’exploration du Nariño : le plateau de Cimarrones, aride, aux canyons taillés dans un granite d’une blancheur pure, nous rappelant presque les belles érosions du Tessin, en Suisse. Le canyon du Rio Salado est un objectif qui tient beaucoup à l’équipe. Les vasques de granite, d’une couleur bleu turquoise, si rares en Colombie, nous mettent l’eau à la bouche. Nous prions pour que les conditions soient réunies pour cette ouverture. Le plateau est assez éloigné. Afin de mettre toutes les chances de notre côté, nous devons demander l’hospitalité à une ferme, située à proximité du canyon. Ce qui nous permettra de nous lever à l’aube le lendemain, et d’attaquer la descente. Le Rio Salado est très encaissé, l’absence de végétation aux alentours et en amont, l’aridité du sol, et la forte inclinaison des pentes, sont autant de facteurs propices à une crue éclair, ce qui serait fatal une fois dans ce canyon encaissé, long de 2500m. Une seule condition sine qua non à l’ouverture : une météo stable. Ce soir nous dormons dans la petite ferme près du canyon. Les propriétaires sont d’une générosité incroyable, ils nous ont accueillis et nourri sans rien attendre en retour, sans même comprendre pourquoi nous voulions tant descendre leur rivière. Il a fait un soleil radieux toute cette journée de repérage, pourvu que demain ce soit pareil.

Membres : Frédéric CHEVALIER, Michael BOUILLOUX, Anaïs BOULAY.

Voir site de l’expédition : https://www.canyonymachete.com/

BERGER 2017, participation étrangère record.

Du 29 juillet au 15 août s’est déroulée cette sixième édition du rassemblement international au gouffre Berger dans le Vercors (« clean-up operation »), avec toujours le soutien actif de la Fédération Spéléologique Européenne.

300 inscrits au rassemblement, et 260 présents, 90 clubs différents étaient représentés, dont 31 clubs étrangers totalisant 119 personnes. Si on s’en tient au seul rassemblement jusqu’au 15 août, la part des étrangers dans le total des présents représente près de la moitié (46 %) de l’effectif : premier record.

Nationalités : Belgique (14), Luxembourg (1), Royaume Uni (2), Irlande (5), Espagne (24), Italie (13), Allemagne (3), Suisse (3), USA (4), Hongrie (25), République tchèque (4), Pologne (20), Brésil (1).

463 kilos de déchets ont été évacués du gouffre : second record ! Rendu possible il est vrai par la mobilisation de 2016, dont l’objectif était alors d’emballer ces déchets, ce qui avait permis de stocker plus d’une centaine de sacs poubelles tout prêts dans les « trash drive ».

Rapport complet téléchargeable ici :

http://www.csr-bfc.fr/rc_images/berger_2017.pdf

Rémy LIMAGNE

Montrond 2017

Stage initiateur-découverte-perfectionnement – 9-16 juillet – Montrond le Château (Doubs).

Ce stage spéléo annuel – et unique – en juillet dans le Doubs a une nouvelle fois pu accueillir des invités étrangers durant une semaine.

Trois Marocains, dont l’un avait déjà participé à un stage de perfectionnement en France en 2016, et qui a obtenu cette année le brevet d’initiateur fédéral. Un second, moins bien préparé, a hélas échoué aux tests techniques initiateur. Le troisième a participé en tant que stagiaire perfectionnement.

Leur inscription était cette année prise en charge sur le budget de l’EFS. Ils n’avaient donc rien d’autre à assumer que leurs billets d’avion. Cet avantage génère par ailleurs quelques problèmes pour l’organisateur du stage, qui doit assurer une avance de trésorerie non négligeable. Mais surtout il n’a jamais de garantie sur la participation réelle des bénéficiaires. Et le risque s’est réalisé, puisqu’un quatrième Marocain s’est désisté alors que la session était complète depuis longtemps, et que bien des candidats avaient déjà été refusés.

Cela dit, nos invités n’ont pas (trop) souffert du froid, ni du jeûne du ramadan contrairement à l’année dernière. Et ce stage a permis de confirmer que les années de formation organisées au Maroc par l’EFS portent leurs fruits : un troisième initiateur marocain en 2017 pour développer la spéléo et la sécurité dans ce pays qui se cherche. Souhaitons-leur de réussir sur place l’unité, indispensable au progrès.

Rapport complet téléchargeable ici :

http://www.csr-bfc.fr/rc_images/crd_montrond2017_final.pdf

Rémy LIMAGNE

Compte rendu Georgie

Quelques tours opérator ont mis la spéléo à leur catalogue, et les premiers sentiers « à touristes » font leur apparition, mais c’est surtout pour ses spécialités … viticoles que les visiteurs étrangers se rendent en Géorgie.

La Spéléo reste une discipline confidentielle, alors même que les domaines d’explorations restent … gigantesques. Depuis plusieurs années, le Spéléo Club de la Haute Vienne reste le club le plus assidu.

Cette année, 4 membres du club sous la direction de Alain RAVANNE , ont mené une expée du 7 au 16 octobre. L’objectif était de faire de la reconnaissance en région de Racha, autour d’Ambrolauri, région prometteuse effleurée l’année dernière.

Par l’intermédiaire de leurs amis géorgiens, ils ont contacté un jeune géologue (Lasha Asanidze) spécialiste des karst de cette région qui est a l’origine de plusieurs publications, dont une toute récente sur la Muradi Cave ( https://doi.org/10.4236/ojg.2017.710102 )   Il n’était pas en Géorgie à cette période, mais leur a trouvé un hébergement et un guide au sud-est d’Ambrolauri, à Zemo Skhvava. Deux gouffres très étonnants, assez hauts sur le massif (1500-1600m), perdus dans la forêt ont été trouvé, dont un à coup sûr jamais descendu. Le guide n’a pas indiqué d’autres trous mais ceux-là restent à revoir. Ils donnent peut-être les accès aux réseaux qui résurgent au réservoir de Shaori, 6 km à l’ouest.

A Tkibuli (en Imereti), juste sous le col qui mène en Racha, une résurgence apparemment connue et explorée, dans les années 70, (ou plus récemment ?) a été repéré.

Le lendemain une prospection sur les reliefs karstiques, à 1500m d’altitude a permis de repérer une vaste grotte avec deux grandes salles reliées par un boyau ventilé. Une belle cavité à revoir. Les gars sur place étaient très sympas et très motivés, mais sans aucun matériel ni expérience de spéléo verticale.

Enfin dernière étape à Chiatura, toujours en Imereti le SCHV est accueillis et hébergés par un groupe de jeunes spéléo, du spéléo-club de Géorgie. Ce tout petit groupe de cinq six gars, motivés, avec un peu d’équipement de progression ont déjà eu des échanges avec des spéléos polonais et peut-être aussi des slovaques. Ils proposent la visite de quelques trous sur le plateau au sud de Chiatura ( alt 700 m ), et c’est surtout pour les savoir-faire en désobstruction qu’ils montrent un vrai intérêt.

A l’heure des bilans c’est une dizaine de trous qui ont été pointés, et c’est surtout les nouveaux contacts qui ont enrichis le carnet d’adresse, dans une région immense ou presque tout reste à faire !

Contact : Spéléo-club de la Haute-Vienne

Alain RAVANNE 0676603206

 

SEPT COSTARICAINS DANS l’AIN

José Miguel Alfaro Castro a chuté de 25 m au cours de l’équipement du P45 a la sima Serpiente Dormida le 4 Mars 2017 . Sa disparition accidentelle de marquera durablement le groupe Anthros et l’ensemble des spéléos Costaricain.   Le « ESPELEO Informe Costarica » N°21 de juillet 2017 lui est entièrement dédié. Il dresse sa biographie, son implication dans les instances spéléo Costaricaine mais aussi les circonstances de l’accident. Page 23 on y retrouve une photo de José en 2008 en compagnie du groupe français AKL .

Du 13 au 26 Juillet, Raul Guevara ,José Badilla et Sophia Blanco étaient de passage en France avec leurs famille. Eux aussi et plus que tout autres, en étant aux premières loges lors de l’accident, ont été durement éprouvés par la disparition de leur ami. Et cet intermède Français devait leur permettre de reprendre confiance dans le matériel et dans l’activité !

Le programme était chargé mais avec l’aide des spéléos de l’Ain, le pari a été tenu. D’abord avec Bruno Hugon à Hauteville ou la Grotte de l’Arche n’avait jamais vu passer autant de spéléo Costaricains en son sein.

Puis c’est Via Ferrata et Aiguille du Tour sur Chamonix avec Philippe Buire et Véronique Champagne de la SDNO et pour finir avec Bernard et Christine Abdilla dans la traversée de la Falconnette.

Entre 2, il y aura eu 1 ou 2 canyons « Frais » pour des gens  de l’équateur, et une belle balade ardéchoise avec une visite de la reconstitution Chauvet.

RDV en 2018 chez eux ou pour le prochain congrès UIS.

Bernard Abdilla

 

Dossier Expédition Nationale FFS 2019

Chaque année, le statut d’expédition nationale peut-être attribué à une expédition par le CA de la FFS, suivant avis de la CREI.  Pour l’expédition nationale 2019, il faut envoyer les dossiers à la FFS strictement avant le 29 décembre 2017 17h.

Vous trouverez les infos sur : http://crei.ffspeleo.fr/Infos/ExpeNationale.html

Il faut que l’expé soient au préalable agréée FFS,  Vous trouverez tout sur : http://crei.ffspeleo.fr/Expeditions/Index.htm

Je reste à votre disposition pour toute information.

Bien cordialement

Florence Guillot, tél : 06 08 76 96 30