BERGER 2017, participation étrangère record.

Du 29 juillet au 15 août s’est déroulée cette sixième édition du rassemblement international au gouffre Berger dans le Vercors (« clean-up operation »), avec toujours le soutien actif de la Fédération Spéléologique Européenne.

300 inscrits au rassemblement, et 260 présents, 90 clubs différents étaient représentés, dont 31 clubs étrangers totalisant 119 personnes. Si on s’en tient au seul rassemblement jusqu’au 15 août, la part des étrangers dans le total des présents représente près de la moitié (46 %) de l’effectif : premier record.

Nationalités : Belgique (14), Luxembourg (1), Royaume Uni (2), Irlande (5), Espagne (24), Italie (13), Allemagne (3), Suisse (3), USA (4), Hongrie (25), République tchèque (4), Pologne (20), Brésil (1).

463 kilos de déchets ont été évacués du gouffre : second record ! Rendu possible il est vrai par la mobilisation de 2016, dont l’objectif était alors d’emballer ces déchets, ce qui avait permis de stocker plus d’une centaine de sacs poubelles tout prêts dans les « trash drive ».

Rapport complet téléchargeable ici :

http://www.csr-bfc.fr/rc_images/berger_2017.pdf

Rémy LIMAGNE

Montrond 2017

Stage initiateur-découverte-perfectionnement – 9-16 juillet – Montrond le Château (Doubs).

Ce stage spéléo annuel – et unique – en juillet dans le Doubs a une nouvelle fois pu accueillir des invités étrangers durant une semaine.

Trois Marocains, dont l’un avait déjà participé à un stage de perfectionnement en France en 2016, et qui a obtenu cette année le brevet d’initiateur fédéral. Un second, moins bien préparé, a hélas échoué aux tests techniques initiateur. Le troisième a participé en tant que stagiaire perfectionnement.

Leur inscription était cette année prise en charge sur le budget de l’EFS. Ils n’avaient donc rien d’autre à assumer que leurs billets d’avion. Cet avantage génère par ailleurs quelques problèmes pour l’organisateur du stage, qui doit assurer une avance de trésorerie non négligeable. Mais surtout il n’a jamais de garantie sur la participation réelle des bénéficiaires. Et le risque s’est réalisé, puisqu’un quatrième Marocain s’est désisté alors que la session était complète depuis longtemps, et que bien des candidats avaient déjà été refusés.

Cela dit, nos invités n’ont pas (trop) souffert du froid, ni du jeûne du ramadan contrairement à l’année dernière. Et ce stage a permis de confirmer que les années de formation organisées au Maroc par l’EFS portent leurs fruits : un troisième initiateur marocain en 2017 pour développer la spéléo et la sécurité dans ce pays qui se cherche. Souhaitons-leur de réussir sur place l’unité, indispensable au progrès.

Rapport complet téléchargeable ici :

http://www.csr-bfc.fr/rc_images/crd_montrond2017_final.pdf

Rémy LIMAGNE

Compte rendu Georgie

Quelques tours opérator ont mis la spéléo à leur catalogue, et les premiers sentiers « à touristes » font leur apparition, mais c’est surtout pour ses spécialités … viticoles que les visiteurs étrangers se rendent en Géorgie.

La Spéléo reste une discipline confidentielle, alors même que les domaines d’explorations restent … gigantesques. Depuis plusieurs années, le Spéléo Club de la Haute Vienne reste le club le plus assidu.

Cette année, 4 membres du club sous la direction de Alain RAVANNE , ont mené une expée du 7 au 16 octobre. L’objectif était de faire de la reconnaissance en région de Racha, autour d’Ambrolauri, région prometteuse effleurée l’année dernière.

Par l’intermédiaire de leurs amis géorgiens, ils ont contacté un jeune géologue (Lasha Asanidze) spécialiste des karst de cette région qui est a l’origine de plusieurs publications, dont une toute récente sur la Muradi Cave ( https://doi.org/10.4236/ojg.2017.710102 )   Il n’était pas en Géorgie à cette période, mais leur a trouvé un hébergement et un guide au sud-est d’Ambrolauri, à Zemo Skhvava. Deux gouffres très étonnants, assez hauts sur le massif (1500-1600m), perdus dans la forêt ont été trouvé, dont un à coup sûr jamais descendu. Le guide n’a pas indiqué d’autres trous mais ceux-là restent à revoir. Ils donnent peut-être les accès aux réseaux qui résurgent au réservoir de Shaori, 6 km à l’ouest.

A Tkibuli (en Imereti), juste sous le col qui mène en Racha, une résurgence apparemment connue et explorée, dans les années 70, (ou plus récemment ?) a été repéré.

Le lendemain une prospection sur les reliefs karstiques, à 1500m d’altitude a permis de repérer une vaste grotte avec deux grandes salles reliées par un boyau ventilé. Une belle cavité à revoir. Les gars sur place étaient très sympas et très motivés, mais sans aucun matériel ni expérience de spéléo verticale.

Enfin dernière étape à Chiatura, toujours en Imereti le SCHV est accueillis et hébergés par un groupe de jeunes spéléo, du spéléo-club de Géorgie. Ce tout petit groupe de cinq six gars, motivés, avec un peu d’équipement de progression ont déjà eu des échanges avec des spéléos polonais et peut-être aussi des slovaques. Ils proposent la visite de quelques trous sur le plateau au sud de Chiatura ( alt 700 m ), et c’est surtout pour les savoir-faire en désobstruction qu’ils montrent un vrai intérêt.

A l’heure des bilans c’est une dizaine de trous qui ont été pointés, et c’est surtout les nouveaux contacts qui ont enrichis le carnet d’adresse, dans une région immense ou presque tout reste à faire !

Contact : Spéléo-club de la Haute-Vienne

Alain RAVANNE 0676603206

 

SEPT COSTARICAINS DANS l’AIN

José Miguel Alfaro Castro a chuté de 25 m au cours de l’équipement du P45 a la sima Serpiente Dormida le 4 Mars 2017 . Sa disparition accidentelle de marquera durablement le groupe Anthros et l’ensemble des spéléos Costaricain.   Le « ESPELEO Informe Costarica » N°21 de juillet 2017 lui est entièrement dédié. Il dresse sa biographie, son implication dans les instances spéléo Costaricaine mais aussi les circonstances de l’accident. Page 23 on y retrouve une photo de José en 2008 en compagnie du groupe français AKL .

Du 13 au 26 Juillet, Raul Guevara ,José Badilla et Sophia Blanco étaient de passage en France avec leurs famille. Eux aussi et plus que tout autres, en étant aux premières loges lors de l’accident, ont été durement éprouvés par la disparition de leur ami. Et cet intermède Français devait leur permettre de reprendre confiance dans le matériel et dans l’activité !

Le programme était chargé mais avec l’aide des spéléos de l’Ain, le pari a été tenu. D’abord avec Bruno Hugon à Hauteville ou la Grotte de l’Arche n’avait jamais vu passer autant de spéléo Costaricains en son sein.

Puis c’est Via Ferrata et Aiguille du Tour sur Chamonix avec Philippe Buire et Véronique Champagne de la SDNO et pour finir avec Bernard et Christine Abdilla dans la traversée de la Falconnette.

Entre 2, il y aura eu 1 ou 2 canyons « Frais » pour des gens  de l’équateur, et une belle balade ardéchoise avec une visite de la reconstitution Chauvet.

RDV en 2018 chez eux ou pour le prochain congrès UIS.

Bernard Abdilla

 

Dossier Expédition Nationale FFS 2019

Chaque année, le statut d’expédition nationale peut-être attribué à une expédition par le CA de la FFS, suivant avis de la CREI.  Pour l’expédition nationale 2019, il faut envoyer les dossiers à la FFS strictement avant le 29 décembre 2017 17h.

Vous trouverez les infos sur : http://crei.ffspeleo.fr/Infos/ExpeNationale.html

Il faut que l’expé soient au préalable agréée FFS,  Vous trouverez tout sur : http://crei.ffspeleo.fr/Expeditions/Index.htm

Je reste à votre disposition pour toute information.

Bien cordialement

Florence Guillot, tél : 06 08 76 96 30

Stage SSF au Brésil

Stages gestion de sauvetage & A.S.V.

Iporanga, São Paulo, Brésil du 10 au 18 juin 2017.

Dans la continuité du partenariat entre le Spéléo Secours Français, les spéléologues brésiliens et la Commissão espéleo resgate ont à nouveau sollicité le SSF pour l’encadrement d’une seconde session de formation composée d’un stage gestion de sauvetage et d’un stage A.S.V.

Ces stages sont organisés sous l’égide de l’E.G.B. (Espéleo grupo da Brasilia). Les cadres techniques et la commission de secours spéléo de la S.B.E, toujours balbutiante dans son organisation ont besoin de connaître ces spécialités pour pouvoir gérer au mieux les éventuelles interventions.

Les stages se sont déroulés au Nucléo Ouro Grosso dans le parc naturel du PETAR. Il est situé sur la commune d’Iporanga dans l’État de São Paulo au sud du Brésil.

Trois cadres spécialisés du SSF ont assuré la formation des deux stages. Le stage gestion a été suivi par 14 personnes et le stage ASV par 12 personnes. A noter, la présence d’un stagiaire mexicain, ce qui en fait une formation internationale.

A la fin des deux stages, un exercice avec une vingtaine de personnes s’est déroulé dans les grottes de Couto et Morro Preto I. Chaque stagiaire a pu mettre en oeuvre les techniques enseignées. Plusieurs spéléologues locaux ont également participé à l’exercice. Tous ont été formés au secours lors des précédents stages du SSF.

Ces stages ont été appréciés par tous les stagiaires. L’encadrement brésilien souhaite fortement continuer ces formations spécialisées. Après l’autonomie technique en secours souterrain, les spécialités du secours spéléo apparaissent comme incontournables pour les sauveteurs brésiliens.

 

Appel à candidature

L’EFS a été sollicité par la Ligue de Spéléo Lorraine pour l’encadrement d’un stage de formation en Roumanie.
La LISPEL recherche 2 cadres pour compléter l’équipe d’encadrement.

Dates : 16 au 24 septembre 2017

Pour en savoir plus, consultez l’appel à candidature ci-joint et retournez votre candidature avant le 10 septembre 2017.

lien vers fichier

Pour l’École Française de Spéléologie
Le Président
Judicaël ARNAUD