Archives de catégorie : Non classé

Actions internationales EFS 2017

Les actions internationales de l’EFS sont en augmentation depuis plusieurs années et cette tendance se poursuit, tant pour les demandes de formations à l’étranger que pour les demandes d’étrangers à venir se former en France. Pour chaque action de formation à l’étranger, une demande de participation de cadres Français à ces formations est envoyée par la Direction de l’EFS à tous les cadres actifs de l’EFS. La sélection des cadres est faite sur dossier et le choix est fait par l’organisateur de la formation, la Direction Nationale de l’EFS et le correspondant pays (qui est parfois aussi l’organisateur du stage). Ce système fonctionne bien et permet d’impliquer des cadres qui ne sont pas forcément les plus sollicités d’habitude, ce qui amène de nouveaux cadres à participer aux actions fédérales par la suite.

Cette année, il y a eu 3 actions de formation de l’EFS à l’étranger :

  • Haïti, où Olivier Testa a organisé une formation de découverte pour 17 Haïtiens, à la demande du gouvernement. 3 cadres de l’EFS sont partis pour 10 jours dans la région de Port à Piment et ont pu amener 10 des 17 spéléologues Haïtiens jusqu’à l’autonomie de progression sur corde. Le gouvernement a apprécié cette formation et demande à réitérer cette action. Compte tenu de l’éloignement, c’est une action onéreuse et Olivier Testa avait réussi à trouver des fonds pour boucler le budget. L’action a été une belle réussite malgré la météo catastrophique de l’île juste avant la formation et très humide pendant la formation.
  • Bosnie, où Michel Isnard, en association avec des spéléologues Belges de l’UBS et des Serbes, a monté une formation à l’exploration en Bosnie. Cette formation a eu lieu dans la région de Banja Luka, au nord de la Bosnie, pendant un camp d’exploration international. Des jeunes spéléologues Français, Belges, Serbes et Bosniaques ont été formés aux techniques d’exploration (progression sur corde, topographie, escalades souterraines etc.) par des cadres Français, Belges et Serbes. Ce type de formation est classique dans les Balkans, où il n’existe pas toujours de fédération ou d’école de formation et où la formation des nouveaux spéléologues se fait en général sur le terrain. Cette formation a regroupé une cinquantaine de personne, dont une quinzaine de Français avec 4 cadres de l’EFS. Cette formation a reçu le label FSE puisqu’elle impliquait 4 payes au moins (France, Belgique, Bosnie et Serbie).
  • Maroc, où, comme depuis 4 ans, Marc Latapie continue à former les spéléologues locaux et les assiste dans leur progression vers l’autonomie et la création d’une école de spéléologie Marocaine. Cette année, la formation a eu lieu dans la région d’Agadir, a regroupé une trentaine de spéléologues Marocains, dont quelques femmes, et était surtout axée sur les technique de progression et la réalisation de topographie. 3 cadres Français étaient sur place aidés par les deux spéléologues Marocains qui ont passé leur diplôme d’initiateur fédéral en France ces 3 dernières années et un spéléologue Algérien. Chaque année, des spéléologues Marocains viennent se former sur ces stages, souvent le manque de matériel oblige à des organisations complexes mais le nombre de spéléologues formés au Maroc ne cesse d’augmenter. Certains d’entre les plus compétents viennent parfois en France tenter de passer l’initiateur fédéral ou parfaire leur formation pour pouvoir participer activement au développement de la formation sur place.

Le nombre de demandes d’actions de formation à l’étranger étant en grande augmentation (6 demandes en 2018), l’EFS ne pourra pas répondre à toutes les demandes sur la durée. Une participation au déplacement des cadres est maintenant demandée aux pays demandeurs pour pouvoir réaliser les actions. C’est la partie la plus chère du budget et l’EFS ne peut seule prendre le transport de tous les cadres à l’étranger. L’exemple de l’Algérie est une belle réussite puisqu’ils ont obtenu des fonds permettant de prendre en charge les déplacements de 6 cadres Français, ainsi que l’accueil de stagiaires Algériens en France, sur un projet de trois ans.

La dernière action, comme chaque année depuis plusieurs années, consistait en une aide à la formation de spéléologues étrangers venant se former en France. Ces actions d’accueil sont importantes et nous recevons tous les ans de nombreuses demandes. Nous ne pouvons répondre à toutes les demandes mais cela permet de former chaque année au moins 3 spéléologues étrangers. Cette année, 3 Marocains sont venus se former, deux inscrits pour passer leur diplôme d’initiateur fédéral Français et un sur la partie perfectionnement du stage. Seul l’un des deux a validé son initiateur ce qui amène à 3 le nombre de spéléologues capables d’encadrer et de faire de la formation au Maroc. L’aide apportée par l’EFS permet aux stagiaires de ne pas payer la semaine de formation, ils sont pris en charge gratuitement par la FFS pendant le temps que dure le stage.

A noter que pour 2017, il devait également y avoir le début d’une action de formation de spéléologues Algériens en Algérie, dans le cadre d’un programme sur 3 ans. Pour des raisons administratives et financières, le stage en Algérie pour 2017 a dû être reporté à 2018. Une première action de formation aura lieu en mars 2018 et quelques stagiaires viendront se former en France en 2018.

4 spéléologues Crétois sont également venus passer un diplôme d’initiateur en France en Occitanie, sans demander d’aide.

Gaël Monvoisin

 

Journées scientifiques de Han sur Lesse

Le 18 et 19 novembre 2017.

Ce colloque organisé par le : Centre Belge d’Etudes Karstologiques, La commission scientifique de l’Union Belge de Spéléologie s’est déroulé dans des conditions exceptionnelles à la ferme de Dry Hamptay que le domaine des grottes de Han met à notre disposition.

Cette année était un grand cru avec 110 participants venus de Belgique, Hollande, Allemagne, Luxembourg, France, Tunisie. Comme d’habitude une forte communauté venue de France était présente et entre autre la présidente adjointe de commission scientifique de la FFS.

La journée a commencé par les exposés de :

            – la zone des grottes Schmerling aux Awirs présenté par Luc Willems de l’université de Liège, CRSOA

            – quelques datations de stalagtiques belges et leurs conséquences par Yves Quinif de l’université de Mons

            – les phénomènes d’adversité dans le synclinal carbonifère de Comblain au Pont par Jean Godissart de l’Union Belge de Spéléologie

            -traçage en zone non saturée…quels enseignements? Par Ama Êl Poulain de l’université de Namur, GRPS

Après une courte pause café, la matinée continue par une conférence sur :

            -La spéléologie avant la spéléologie : comment les Lumières ont éclairé la nuit des cavernes par Christophe Gauchon du laboratoire EDYTEM, université de Haute Savoie

Après le repas, une présentation de quatre posters pour remettre les troupes en marche;

           -1er poster : la lamination dans les stalagmites en Belgique: grottes du Noû Bleû et Remouchamps par Sophie Verheyden Belspo, CSARI

            -2ème poster : la grotte et l’âbime de Comblain au Pont : nouvelles perspectives hydrogéologie par Jérèmy Flament Institut Scientifique de Service Public- eaux souterraines, ISSeP, CRSOA

            -3ème poster : reconstitution des paysages karstiques par l’approche cartographique 3D; application au Pont d’Arc et à la combe d’Arc par Kim Genuite laboratoire EDYTEM – université de Haute Savoie, CNRS

            -4ème poster : suivi climatique de la grotte de Han : bilan des mesures et perspectives par Serge Delaby CSARI

Puis dans la deuxième cession les exposés suivants nous sont proposés :

            – la Muñeca Fea, Mexique, et le projet Lidar par Richard Grebeude Groupe Spéléo Alpin Belge

            – indices karstiques en carrières souterraines par Georges Michel CWPESS

            – prospection géophysique non-invasive dans la grotte de Bruniquel par Christian Burlet Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique

            – étude anthropologique de la grotte n°1 des Avins à Clavier par Charlotte Sabaux université libre de Bruxelles, histoire de l’art et archéologie

 

La troisième cession de la journée

            – analyse de l’érosion régressive des cascades du Rupt du Puits : le projet participatif Bilborupt par Stéphane Jaillet laboratoire EDYTEM – université Haute Savoie – CNRS

            – les fantômes remontent la Meuse… observations préliminaires à propos d’un fantôme de roche en forêt de Jaulnay par Benoît Losson LOTERR, université de Lorraine

            – le renouveau de la commission scientifique de la FFS par Josiane Lips présidente adjointe de commission scientifique de la FFS

            – le géopark Famenne-Ardenne par Serge Delaby Géopark Famenne Ardenne

Yves Quinif nous présentera l’excursion de dimanche et donnera quelques conseils de sécurité pour entrée sur le site de la carrière de pierres bleues de Soignies. La conclusion de la journée qui habituellement se fait par Camille Eck, mais retenu par ailleurs, ce sera Luc Willems qui s’en chargera.

Excursion du dimanche:

Yves Quinif nous hypnotisera sur de magnifiques fantômes de roche devant un parterre d’une cinquantaine de congressistes et cerise sur le gâteau, il conduira un petit groupe à l’issu de la visite de la carrière sur un lieu où une partie de route et une maison se sont affaissées dû à certains travaux industriels.

José Prévôt

SEPT COSTARICAINS DANS l’AIN

José Miguel Alfaro Castro a chuté de 25 m au cours de l’équipement du P45 a la sima Serpiente Dormida le 4 Mars 2017 . Sa disparition accidentelle de marquera durablement le groupe Anthros et l’ensemble des spéléos Costaricain.   Le « ESPELEO Informe Costarica » N°21 de juillet 2017 lui est entièrement dédié. Il dresse sa biographie, son implication dans les instances spéléo Costaricaine mais aussi les circonstances de l’accident. Page 23 on y retrouve une photo de José en 2008 en compagnie du groupe français AKL .

Du 13 au 26 Juillet, Raul Guevara ,José Badilla et Sophia Blanco étaient de passage en France avec leurs famille. Eux aussi et plus que tout autres, en étant aux premières loges lors de l’accident, ont été durement éprouvés par la disparition de leur ami. Et cet intermède Français devait leur permettre de reprendre confiance dans le matériel et dans l’activité !

Le programme était chargé mais avec l’aide des spéléos de l’Ain, le pari a été tenu. D’abord avec Bruno Hugon à Hauteville ou la Grotte de l’Arche n’avait jamais vu passer autant de spéléo Costaricains en son sein.

Puis c’est Via Ferrata et Aiguille du Tour sur Chamonix avec Philippe Buire et Véronique Champagne de la SDNO et pour finir avec Bernard et Christine Abdilla dans la traversée de la Falconnette.

Entre 2, il y aura eu 1 ou 2 canyons « Frais » pour des gens  de l’équateur, et une belle balade ardéchoise avec une visite de la reconstitution Chauvet.

RDV en 2018 chez eux ou pour le prochain congrès UIS.

Bernard Abdilla

 

Dossier Expédition Nationale FFS 2019

Chaque année, le statut d’expédition nationale peut-être attribué à une expédition par le CA de la FFS, suivant avis de la CREI.  Pour l’expédition nationale 2019, il faut envoyer les dossiers à la FFS strictement avant le 29 décembre 2017 17h.

Vous trouverez les infos sur : http://crei.ffspeleo.fr/Infos/ExpeNationale.html

Il faut que l’expé soient au préalable agréée FFS,  Vous trouverez tout sur : http://crei.ffspeleo.fr/Expeditions/Index.htm

Je reste à votre disposition pour toute information.

Bien cordialement

Florence Guillot, tél : 06 08 76 96 30

Taurus Express 2016

Le film de l’expédition Taurus Express 2016 enfin en ligne !

Cette expédition composée de 12 spéléos français et de 4 spéléos turcs a permis de découvrir plus de 110 cavités, soit pratiquement 4000 m de puits de nouvelles galeries. Le rapport d’expédition est en phase de finalisation – il sera disponible sous peu.

Le film sera projeté lors du congrès FFS2017 à Nantua.

https://taurusspeleo.wordpress.com/2017/05/03/taurus-express-2016-the-movie-of-the-expedition

Expédition Nord Pérou 2016

L’équipe à la cabane du Belge, Massif de Chirimoto, Rodriguez de Mendoza, Amazonas, Pérou (16/8/2016).

L’expédition franco-péruvienne Nord Pérou 2016 s’est déroulée du 12 août au 16 septembre 2016 dans les régions de Amazonas et de San Martin dans le nord du Pérou. Environ 12 kilomètres de galeries ont été topographiés dans trois massifs distincts :

Tragadero de Palmira, Chirimoto, Rodriguez de Mendoza, Amazonas, Pérou (17/8/2016).

– le massif de Chirimoto (Rodriguez de Mendoza, Amazonas) a livré quelques petits systèmes pertes-résurgences dont les cours d’eau coulent sur un socle de grès imperméable. Le système de Palmira (dév. : 1550 m, dén. : 110 m), le Tragadero de Cacapishco (dév. : 1897 m, dén. : 90 m) et le Chalan de Emiterio (dév. : 1366 m, dén. : 109 m) sont les principales cavités explorées.

Entrée de la Cueva del Frio, La Jalca, Chachapoyas, Amazonas, Pérou (26/8/2016).

– le massif de La Jalca (Chachapoyas, Amazonas) présentent diverses dépressions et pertes situées vers 3000 m d’altitude probablement drainées par une émergence unique (la source de Timbuj) située environ 1000 m plus bas dans la vallée de l’Utcubamba. La Cueva del Frio (dével. : 587 m, déniv. : 95 m) pourrait constituer une entrée possible au système souterrain, comme l’indique le courant d’air aspirant observé dans la cavité.

 

Toboggans du Tragadero de Bellavista, Nueva Cajamarca, Rioja, San Martin, Pérou (13/9/2016).

– le massif de l’Alto Mayo (Rioja, San Martin) est l’entité karstique la plus vaste du Pérou qui s’étend sur environ 40 km de longueur. On y trouve de puissantes résurgences, d’un débit de l’ordre de 15 à 20 m3/s, mais aussi une forêt dense sans voie d’accès. La plupart des parties hautes du massif reste hors d’atteinte. Toutefois, un gouffre a livré des prolongements, il s’agit du Tragadero de Bellavista (dév. : 1094 m, dén. : 306 m) dont l’exploration s’est arrêtée sur rien au sommet d’un puits. Par ailleurs, une cavité majeure a été topographiée, la cueva de la Piedra Brillante (dév. : 2329 m, dén. : 57 m), une rivière souterraine récemment explorée par les habitants de Perla de Daguas. Enfin, la Cueva de la Mano Negra de Chaurayacu a été reconnue sur plus d’un kilomètre (dév. : 1162 m, dén. : 81 m).

 

On aura avantage à consulter le site internet Cuevas y Tragaderos del Perú, qui rend compte de toutes les explorations spéléologiques au Pérou. http://cuevasdelperu.org/

En marge des explorations spéléologiques, il est à signaler la participation d’une dizaine de membres de l’expédition Nord Pérou 2016 au premier symposium international du karst à Tarapoto (San Martin) les 5 et 6 septembre 2016.

http://simposiodelcarstperu.blogspot.fr/

Une partie de l’équipe dans la Cueva de la Piedra Brillante, Nueva Cajamarca, Rioja, San Martin, Pérou (8/9/2016).

Enfin, il faut signaler la présence de deux spéléologues français (FFS) sur le site de la grotte de Palestina (Nueva Cajamarca, San Martin) où une formation de spéléologie a été dispensée à des stagiaires péruviens du 27 au 30 août 2016. La participation remarquée de pompiers et de guardaparques en charge de la protection des parcs et réserves du Pérou a permis d’établir de nombreux contacts avec les gestionnaires des principales zones karstiques du pays.

 

Plusieurs nationalités étaient représentées : péruvienne, française, brésilienne et italienne. Cette diversité des participants ne fait que confirmer le caractère international de l’expédition Nord Pérou 2016 organisée conjointement par le Espeleo Club Andino (ECA) de Lima et le Groupe Spéléologique de Bagnols Marcoule (GSBM) depuis plus de 10 ans déjà.

Participants :

Damien Vignoles, Jean-Yves Bigot, Naomi Mazzilli, Liz Hidalgo, Jean Loup Guyot, Constance Picque, Xavier Robert, James Apaéstegui, Jean-Denis Klein, Nathalie Klein, Tini Alvarado, Angela Ampuero, Jean-Sébastien Moquet, Luca Rava, Clémentine Junquas, Maria Elina Bichuette, Jonas Eduardo Gallão, Lilia Senna Horta, Ezio Rubbioli.

Jean-Denis Klein (Groupe Spéléologique de Bagnols Marcoule) et James Apaéstegui (Espeleo Club Andino de Lima).