Archives par mot-clé : Chine

Expédition Shuanghe l’Internationale 2017

Contexte

Cette expédition s’inscrit dans la continuité des expéditions spéléologiques Françaises en Chine depuis 1986, en particulier l’expédition de 2001 qui nous fait découvrir le potentiel karstique autour de la rivière Shuanghe et l’expédition de 2003 qui révèle l’existence de la plus longue grotte de Chine, Shuanghedong, 54 km de développement. Nous poursuivons chaque année l’exploration de ce réseau avec l’aide du GKREDRC, le bureau du tourisme du comté de Suiyang et plus récemment par la société de développement du tourisme de la grotte Shuanghedong. Nous sommes invités par le Géoparc National de Suiyang Shuanghedong à faire une expédition importante à caractère international pour promouvoir le site touristique récemment achevé et poursuivre l’exploration du réseau. Nos activités seront suivies par les médias avec un projet de reportage de 90 minutes. Un stage de formation est également au programme, comme chaque année.

Déroulement 

Nous sommes 22 à participer à cette expédition, 6 nationalités, Français, Jean Bottazzi, Éric Sanson, Bruno Hugon, Jean-François Fabriol, Sebastien Béguier, Éric David, Emmanuel Vitte, Cécile Pacaut, Charles Buttin, Guy Pesenti, , Bruno Schlosser, Patrick Letournel, Marc Seclier, Éric Lecuyer, Portugais, Carlos Placido, Québécois, Marc Tremblay, Jessica Morin-Buote, Suisse, Marcel Guenot, Japonais, Goto Satoshi, Hayate Kimura, Honoka Nishikido, et Chinois, 赵飞Zhao Fei (Xiao Hei Ma).

A : Zone de Shuanghedong, du 11 au 25 avril 2017 (11 332 m topographiés en 15 jours)

Le développement touristique de cette zone a explosé sous l’impulsion d’une société privée en charge des aménagements. Il y a maintenant un parc à touriste desservit par des voitures électriques, une grotte visitable en deux heures et une urbanisation galopante. Ce développement s’accompagne de tous les bons et mauvais cotés que l’on peut imaginer.

Faits marquants

Les découvertes du réseau principal demandent un travail croissant chaque année, mais nous arriverons tout de même à rajouter 5882 m au réseau de Shuanghedong, auquel il faut rajouter les explorations de Jean lorsque nous ne sommes pas là, ce qui nous donne un total de 200,427 km de développement. Shuanghedong est la deuxième plus longue grotte d’Asie et se situe dans le top10 mondial.

L’exploration de la perte amont majeure de la zone, Duiwodong a fortement progressée, 2445 m de neuf pour un total de 5257 m. Nous avons un bon espoir de pouvoir la jonctionner avec le reste du réseau.

L’exploration de Qinganglinfengdong a été poursuivie, rajoutant une partie incroyablement compliquée et permettant une jonction avec le réseau après 410 m de dénivelé.

La grotte Huotougoudafengdong passe de 725 m à 2299 m.

La grotte Jiangjiaowandafengdong passe de 85 m à 782 m.

Une nouvelle grotte Zhaonichidaxiaokeng fait aujourd’hui 1015 m

Sur l’autre versant du massif, la perte à fort débit de Shuidong a été explorée sur 420 m. Elle rejoint la grotte de Dadong remarquable pour son immense porche d’entrée, constituant un réseau de 3399 m qui est hélas bloqué sur l’aval par un siphon. Elle a permis de fournir de très belles images à la TV qui nous a prêté des Gopros pour l’occasion.

D’autres cavités mineures ont été explorées, il y a actuellement 250 entrées connues sur le massif, le réseau de Shuanghedong à 46 entrées au total dont trois ajoutées lors de cette expédition.

Parallèlement nous avons formé 10 stagiaires aux bases de la spéléologie pendant cinq jours.

B : Zone de Fuyan, du 26 au 28 avril 2017 (3547 m topographiés en deux jours et demi)

Avec une équipe réduite à 9 personnes, nous revenons sur cette zone après de longues années d’absence, c’est une zone de toute beauté. Le fort potentiel karstique est sans doute l’un des atouts majeurs pour la création d’un Géoparc et le développement économique de la région.

Nous reprenons l’exploration de Qicaicong, à l’amont du réseau de Fuyan, en rajoutant 1544 m pour un total de 34 919 m. La grotte Shanyangdong fait aujourd’hui 5599 m (1096 m supplémentaire) et la grotte à nitrate Tianshengdang surnommée par nous « Renfougne de la Charogne Putride » est portée à 1546 m (906 m supplémentaire)

Conclusion

Les deux zones explorées montrent toujours leur fort potentiel d’exploration, celle de Shuanghedong demande plus d’engagement car les parties les plus faciles ont été faite depuis longtemps déjà.

Nous avons totalisé 14 879 m de topographie pour 18 jours de terrain.

Nous remercions nos amis chinois pour leur accueil chaleureux et l’intérêt qu’ils portent à nos explorations.

 

Suite et fin. Guizhou Guangxi 2016, Chine.

Dans le karst de Suiyang Shuanghedong, l’ouvrage ne manque jamais… même si les résultats ne sont pas toujours proportionnés aux efforts. Les pointe sur un point d’interrogation dans le réseau n’ont donné en tout que 1,3 km de neuf, avec l’ouverture d’un amont dont l’exploration reste à poursuivre dans Hongzaozidong.

guizhou-guangxi-2016Les explorations depuis la surface dans 12 nouvelles cavités cumulent 5,6 km. Parmi celles-ci, on a un nouveau petit collecteur perché et une résurgence perchée entamant des zones blanches de notre carte spéléologique.

Une de ces nouvelles cavités débute par un P120 et rejoint le réseau de Shuanghedong au bout de 680 m.

En tout, les dévouvertes représentent 7,9 km de topographie,

Le développement total de Shuanghedong est de 191,5 km, maintenant sa 11 ième place au palmarès mondial des plus longues cavités naturelles (cf. Wikipedia).

La prochaine expédition sur Shuanghedong est déjà en programmation et sera internationale ( 8 pays participants du 10 au 25 avril).

Guizhou Guangxi 2016, Chine.

La première partie de l’expédition Guizhou Guangxi 2016 vient de se terminer. Nous avons passé trois jours à Lintong (comté de Fengshan, Guangxi, Chine), invités par le Geoparc Mondial de Leye Fengshan pour explorer les cavités de la région en vue d’un développement touristique et pour la recherche de l’eau. Nous somme une équipe de 8, 4 français, 2 suisses, 1 Québecois et une Chinoise. Nous avons exploré et topographié 7 grottes pour 2400 mètres de développement, la plus profonde faisant 220 mètres de profondeur. Dawanpodong 131 m (43 m), Yuanyangkeng 154 m (136 m), Banyitudong 109 m (84 m) Nanguanluoshuidong 37m (14 m) Gandong 892m (222 m) Longladong 150m (20 m) Longxiang’ao 904 m (94 m).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons découverts de nombreux os fossilisés dont un crâne de petit ours scellé dans la calcite et une molaire de panda. Il faut aussi noter la présence de petites bauges (à ours ? ) de 80 cm de diamètre.

 

Une conférence de presse a clôturé cette première investigation sur une zone à bon potentiel et à tendance verticale, nous n’avons pas rejoint le niveau de base hydraulique, et nous tenons à remercier le Géoparc Mondial de Leye Fengshan pour son accueil et les moyens mis à disposition.

 

Expédition Donglan 2016, Chine

Tandis qu’une seconde expédition est actuellement en Chine, dont nous attendons les résultats avec impatience, voici un résumé de l’expédition Donglan 2016, du mois de février.

Les 6 spéléologues français de l’association Hommes des Cavernes (lien : http://www.hommes-des-cavernes.org) sont partis 3 semaines en polje-simeng-sChine, avec un double objectif. Tout d’abord poursuivre les explorations de la plus longue grotte de Chine, le réseau de Shuanghedong (Guizhou Suiyang Shuanghedong National Geopark), une grotte de 168km de développement, explorée depuis 13 ans maintenant. Les spéléologues ont poursuivi les explorations dans des condition hivernales et ont pu explorer 4km de nouvelles galeries. Ils ont observé des traces d’ursidés (panda probablement) dans certaines galeries, et réaliser une nouvelle traversée à l’intérieur du massif, qui se termine sur un magnifique puits de 120m de profondeur.

genus-sinocyclocheilusLe second objectif était une reconnaissance du potentiel spéléologique du conté de Donglan (24.4°N, 107.3°E), dans la province autonome Zhuang du Guangxi, sur invitation des autorités locales.

Les spéléologues français ont retrouvé leurs homologues chinois, et durant 8 jours très intenses, ils ont exploré 12 grottes, et topographié 16,5km de galeries.

Ces résultats ont été rendus possible grâce notamment à la grande efficacité de la logistique mise en place par les autorités du conté.

speleo-en-marcheParmi les principales grottes explorées, la grotte de Banbadong 板芭洞, une importante cavité du poljé de Simeng, qui a vu plusieurs générations de pilleurs faire un travail colossal pour exploiter les gigantesques concrétions de la grotte. Cette grotte a été topographiée sur 2,5km, et après un passage étroit qui a arrêté les pilleurs, la grotte est assez préservée et l’on trouve une belle rivière souterraine. L’exploration n’est pas terminée.

Seconde cavité majeure, le réseau perte-résurgence Lanmu-Wuzhuan 排洪武篆洞.

Ce réseau réalise une traversée hydrogéologique de 5km à vol d’oiseau, et les spéléologues, attaquant les explorations avec une équipe à l’amont et une à l’aval, ont topographié près de 10km de tubes gigantesques, faisant jusqu’à 50m de diamètre. Les explorations sont loin d’être terminées.

tiankeng-ombreEnfin, l’exploration, et la descente de deux tiankengs, des gouffres d’effondrement géant typiques du Guangxi, qui n’avaient jamais été descendus, a constitué un moment fort de l’expédition. Le premier, le tiankeng des frères dragon, fait plus de 400m de profondeur et 120m de large. Au fond se trouve un petit siphon et des ossements de primate ont été observés. Le second est caractérisé par un nuage permanent à mi-hauteur qui empêche de voir le fond. Le fond n’a pas été touché.

De nombreuses observations biologiques ont été faites, et les spéléologues ont trouvé dans une des rivières souterraines des poissons cavernicoles dépigmentés du genre Sinocyclocheilus, à déterminer.

lanmuLes spéléologues sont en train de traiter les données récoltées sur le terrain, et une nouvelle expédition est déjà programmée pour poursuivre le travail.

Contact : info@hommes-des-cavernes.org

France : Hommes des Cavernes, Daniel Betz, Annie Caillault, Serge Caillault, Fabien Mullet, Olivier Testa (chef d’expédition), Jean Bottazzi, 薛莲 (Xue Lian)

Chine : 李光宇 Li guangyu, 陈立新 Chen Lixin, et toute la广西黑洞探险队 (Blackhole Team)

voici quelques vidéo :

SPELEO SECOURS EN CHINE

STAGE SPELEO SECOURS EN CHINE

stage ssf

Massif de la Shuanghe – 28 octobre au 4 novembre 2015

Organisé par le SSF

Participants : 31 spéléos dont 25 stagiaires, 5 cadres et 1 personne pour la logistique.

Stage ssf 2

Les spéléos Chinois viennent de 9 provinces différente.

En peu de jours, Les spéléo chinois ont abordé un grand nombre de techniques. Cela a été rendu possible parce qu’ils avaient un minimum de connaissances en progression sur corde sous terre. Ils envisagent de poursuivre ces entraînements.

Expédition spéléo en Chine en 2016

Voici les prochains rendez-vous des explorations en Chine pour 2016.

Ces deux expés sont à priori ouvertes à tout spéléo autonome passionné par l’exploration et la spéléo sous toutes ses formes.

Expé 1

Entre le 15 février et le 15 mars 2016..

Une expédition est en cours de préparation et compte déjà 5 membres dont : Olivier Testa, Serge Caillau, Pascal Groseil…

Olivier en est l’organisateur français.

Une première partie de l’expé se fera sans doutes dans le Guangxi (Donglan), l’autre dans le Guizhou (Suiyang Shuanghedong).

Aéroport d’arrivée : Nanning.  Aéroport de retour : Zunyi.

Expé 2

Avril 2016

Cette expédition s’inscrira dans la coopération avec le GIMR.

Elle commencera du 3 au 9 avril par une à deux semaine d’explorations intenses et engagées dans le réseau de Shuanghe.

Elle contribuera à l’encadrement du stage de formation de l’école spéléo de Suiyang Shuanghedong du 18 au 24 avril.

Après le 28 avril, l’expé pourra partir pour d’autres districts tels que Pingtang, Zheng’an ou d’autres horizons méconnus.

Idéalement, le nombre de participants pour chaque expé devrait être de 8 minimum à 15 maximum.

Contact : jean.bottazzi@gmail.com

IMG_1355.JPG

Nouvelles de Chine !

Quelques nouvelles de Chine, en provenance de l’expédition franco-chinoise parrainée par la FFS, Shuanghedong 2014.

Après la première semaine d’expédition, les 9 spéléos français viennent de passer la barre des 161 km de développement pour le système de Shuanghedong.

C’est en poursuivant l’exploration de Liangfengdong (la grotte du vent frais), que le réseau s’est ouvert vers l’ouest et que la jonction au réseau de Shuanghedong a été faite.

Le tube fossile de Shalingdong

grotte-chine-jff

L’exploration de la grotte Liangfengdong a débuté en 2005, et s’était arrêtée dans un méandre étroit très abrasif, après un puits de 285 mètres de profondeur. Personne n’était retourné sur la zone depuis, à cause des difficultés d’accès. Cette année, après avoir rééquipé le puits géant, deux séances d’explo éprouvantes ont permis d’avancer de près de 2 kilomètres dans une méandre étroit et tortueux vers le réseau principal. L’arrêt topo était au sommet d’un puits. La jonction a été effectuée par le bas, via la méga-doline de Longtanzi. Une navigation en canot sur les lacs souterrains a permis d’atteindre le terminus amont du réseau Zephir. De là, les explorateurs ont remonté en suivant le courant d’air, pour finalement arriver de manière inattendue au sommet du puits vu la veille.

Progression en oppo dans Xinjiawanliangfengdongolivier-oppo-xinjiawan

Cette barre permet à la grotte de gagner la 11e place dans le classement des plus longues cavités du monde, et cela réjouit beaucoup les partenaires chinois. La télévision nationale est venue quelques jours interviewer tout le monde.

Il reste encore deux semaines d’expédition, et d’autres beaux gouffres à explorer pour l’équipe.

Olivier Testa

Expédition PSCJA, Jean Bottazzi, Eric David,Jean-François Fabriol, Nicolas Faure, Carole Jallibert, Alain Maurice, CarlosPlacido, Eric Sanson et Olivier Testa

Les milliers de concrétions en « choux-fleurs » qui tapissent la galerie de jonction sur plusieurs centaines de mètres

photo-alain-choux-fleurs-ot

retour d’une expédition spéléo en Chine

« Au pays de l’Homme sauvage 2014″

Cette expédition est la onzième organisée par l’association AKL (« Aventures Karstiques Lointaines »).

Elle faisait suite à une reconnaissance, menée en août 2012, dans la commune de Hongtu dans la province de l’Hubei.

2014-08-20-Chine (079)

Du 09 au 31 août, en 22 jours, les 20 spéléos (17 français et 3 chinois) ont topographié et exploré plus de 40 km de galeries, dans 49 cavités !

2014-08-19-Chine (049)

plein d’images : http://aventureskarstiqueslointaines.blogspot.fr/