Tous les articles par Florence Guillot

Expédition Boy Bulok 2018 – Ousbékistan

29 Juillet au 20 aout 2018

Le projet 2018 avait pour but de réaliser la jonction entre deux cavités du massif du Schulbair: le gouffre mythique de Boy Bulok (1450m de dénivelé) découvert et exploré jusqu’à son terminus dans les années 80 et le gouffre de Vishnevskii exploré actuellement jusqu’à -750 m. Du fait des profondeurs et des différences d’altitudes des entrées (2650 m pour Boy-Bulok et 3500 m pour Vishnevskii ), la jonction aurait porté le dénivelé du système à 2150 m environ, soit le troisième gouffre le plus profond au monde !

L’expédition se composait de 24 participants, treize Russes du groupement CGC (Sud-Oural), huit Français et trois Suisses de l’association Continent 8.

Pendant trois semaines, nous avons poussé les explorations en nous concentrant sur 4 objectifs:

  • Remonter l’affluent de -560 m dans la rivière de Boy-Bulok. Cet affluent serait en effet une des arrivées possibles du gouffre de Veschnevkii
  • Poursuivre les explorations dans les amonts de Boy-Bulok (cote +250 m) pour tenter une sortie en falaise vers 3500 m d’altitude
  • Poursuivre les explorations au fond du gouffre de Vishnevskii (cote actuelle -750 m) en direction de Boy-Bulok
  • Poursuivre les explorations des affluents de la rivière de Vishnevskii à la cote -400 pour trouver éventuellement d’autres rivières qui se développeraient en direction de Boy-Bulok

Au final la jonction entre les deux gouffres n’a pas été établie, mais les résultats de l’expédition sont encourageants:

  • Le gouffre de Boy-Bulok a été entièrement rééquipé jusqu’à la côte de -500 m. En effet certains des équipements en place – pour ne pas dire tous – dataient des années 1980.
  • A Boy-Bulok, dans l’affluent de -560 m, les escalades ont buté sur des méandres impénétrables.
  • Dans la partie amont de Boy-Bulok, un bivouac de 10 jours et une centaine de tirs ont permis de remonter 300 à 400 m de méandres en direction de la falaise
  • Au fond de Vishnevskii , tous les passages ont été fouillés systématiquement lors d’un bivouac de cinq jours. Plus de 700 m de topographie ont été levés dans cette partie. L’exploration est en arrêt sur rien dans un affluent rive gauche qui part en direction de Boy-Bulok sur 300 à 400 m.
  • Au bivouac 1 de Vishnevskii (cote -400 m), deux équipes se sont succédés sur une période de deux fois cinq jours et ont pu progresser dans trois affluents. Ils totalisent environ 700 à 800 m de première.

Au total, nous avons réalisé 4,5 km de topographie dont 2 km de nouvelles galeries, principalement dans le gouffre de Veschnevkii.

Les gouffres de cette région sont particulièrement exigeants: longs, froids, hauts en altitude, étroits, marche d’approche importante, etc. La progression y est lente et difficile en raison du poids des sacs (8h pour atteindre le fond de Vishnevskii sans kits, 14h avec un kit à bout de bras!…) et des accès souvent délicats (l’entrée de Vishnevskii s’ouvre dans une falaise à pic de 300 m).

A ces conditions s’ajoutent aussi les difficultés géopolitiques et les trafics de stupéfiants. Entre la fin des années 1990 et la fin des années 2000, les autorisations d’exploration ont été suspendues du fait de la présence américaine qui utilisait le sud de l’Ouzbékistan pour mener les raids en Afghanistan.

Enfin, il faut aussi prendre en compte l’éloignement de la zone. Depuis Tashkent, il faut compter 12 h de transport jusqu’à Boysun (train ou bus), 4 h de camion à 6 roues motrices pour rejoindre Dehibolo et 7 h de marche d’approche pour accéder au camp de base à 3000 m d’altitude.

Par conséquent, peu de gens vont la-bas; et à l’exception d’un certain “Jérome Dupuis” qui serait venu sur le camp en 1994, nous sommes manifestement les seuls francophones à avoir mis les pieds sur le massif !

Le réseau Suiyang Shuanghedong en Chine (Guizhou) devient le plus long d’Asie

Le 24/03/2018, pendant l’expédition Shuanghe et Pingtang 2018, une conférence de presse a été organisée à Shuanghe.

Galerie de Longtanze
Crédit Christian Delaire – Amandine Laborde

Le réseau souterrain de Suiyang Shuanghedong a été officiellement annoncé comme le plus long d’Asie en développement topographié avec 238479 m, ce qui le place au sixième rang mondial.

La présentation de la conférence de presse 

 

Chine : Expédition « Shuanghe et Pingtang » 2018

Une nouvelle expédition chinoise en collaboration avec les karstologues de l’université du Guizhou (GIMR) a lieu du 9 mars au 1er avril.

Durant les deux premières semaines de l’expédition, l’équipe retournera sur le plus grand réseau de Chine, la Shuanghe, au centre de la province du Guizhou, pour continuer les explorations. Ce réseau dépasse aujourd’hui les 200 km, avec plus de 50 entrées. En parallèle, aura lieu un stage de formation pour les spéléos chinois.

Le tiankeng de Duiwodong, un amont probable du réseau de Shuanghedong, fera partie des objectif prioritaires

Dans la seconde partie de l’expédition, les spéléos retourneront sur le secteur de Pintgtang, au sud-est de Guiyang, pour continuer l’exploration des cavités de ce secteur.

A Pingtang, nous explorons un des bassins amonts du système karstique de Dajing, parmi les plus importantes sources karstiques au monde.

Participants : Carlos Placido (Mowgli), Éric Sanson, Jean Bottazzi, Amandine Dransart-Laborde, Christian Delaire, Marc Guillot, Jérôme Lippart, Carole Jalibert, Denis Langlois, Emmanuel Vitte, Marc Tremblay et Jessica Morin-Buote et Florence Guillot et nos collègues chinois.

Expédition Khaophutong Khaothakhanun

Explorations spéléos en Thaïlande – février-mars 2018

Suite à une reconnaissance en août 2017, dans la région de Kanchanabury, dans un but de recherches minéralogiques, nous avons observé des massifs karstifiés au sud-ouest de Thongphaphum.

Une rapide première reconnaissance a mis en évidence un potentiel de 400 à 800m de dénivellation avec des systèmes pertes – résurgences, pour des percées atteignant 14 km à vol d’oiseau, dans des terrains permiens. Nous avons décidé de monter un projet d’exploration de ces massifs (40 x 12 km) qui devrait durer plusieurs années.

Le camp de base – dans le Park national de Thong phaphum – sera situé à Ban Pilok, village à proximité de la frontiere Birmane, où nous disposons d’une maison.

Les explorations seront délicates du fait de l’isolement du massif : longues marches dans la jungle (gros dénivelés très raides et pas de pistes), donc bivouacs en forêt. L’aventure sera de la partie !

Objectif de l’expédition

Les personnes désireuses de se joindre au projet sont les bienvenues, notamment biologistes et archéos ! Le secteur est connu pour receler des vestiges très anciens (aux dires des braconniers thaïs) !

Le peu que nous avons déjà pu reconnaitre est énorme et laisse présager de belles découvertes spéléos !

Le premier groupe décolle  le 20 fevrier et rentre le 17 mars.

Plus d’infos sur :

www.khao-phu-thong-khao-tha-khanun

Expédition Spéléozistan 2017

9 Français, 5 Kirghizes, 3 Américains, 2 Italiens, 1 Écossais et 1 Belge constituent l’expédition internationale Spéléozistan qui aura lieu du 24 août au 11 septembre 2017.

Initiée par l’hydrogéologue Alexei Dudashvili, elle a pour but de topographier et de reprendre l’exploration d’une grotte-mine et de son massif situé en Asie Centrale, dans le massif du Turkestan, au sud du Kirghizistan, proche de la frontière tadjike. Il s’agit d’une région relativement aride et très montagneuse.

Objectifs de l’expédition

Comme il s’agit d’une mine, le réseau est labyrinthique et la topographie risque d’être complexe. Des archéologues participent aussi à l’expédition pour pouvoir étudier les vestiges. Nommée Kan-i-Gut, cette mine passe pour être médiévale et produisait de l’argent (filon polymétallique) dans un vaste secteur minier s’étendant jusqu’à l’Ouzbékistan et proche de la fameuse route de la soie.

Expédition internationale organisée par les associations française et kirghize : Explos et Foundation for Preservation and Exploration of Caves. Elle est parrainée par la FFS, la FSE et l’UIS et soutenue par les sociétés Béal, Aventure Verticale, et Petzl-Bicchek, le Comité Départemental de Spéléo de l’Ariège, la Turkish Airlines et l’association.

Le site web et le blog de l’expé : http://kgz.explos.fr

K16… et de 20 km !

25 spéléos et plongeurs spéléos dans un karst d’exception rapportent forcément des tas d’explorations…

DSC05167
Deux équipes les 15 premiers jours sur deux massifs différents, puis une seule équipe en dernière semaine. Les participants de K16.

Léquipe

20 km topographiés, le plus long réseau du Laos qui atteint plus de 45 km, des jonctions, une grosse dizaine de siphons plongés, des découvertes biospéléos et paléontologique, plus de 2000 heures sous terre, …

DSC05510
Nouvelle galerie dans Tham Kagnung. Crédit Etienne Fabre
DSC05596
Nouvelle galerie dans Tham Simali. Crédit Etienne Fabre

Les explorations avaient lieu sur le massif du Khammouane au sud du Laos. Pitons karstiques et massifs découpés par l’érosion offrent des paysages grandioses mais impliquent des déplacements difficiles. En voiture déjà, car tout y est compartimenté. À pied surtout, car les reliefs ne sont que tsynguis…

Paysage du Khammouane. Crédit Etienne Fabre.
Paysage du Khammouane. Crédit Etienne Fabre
Tsingys laotiens
Tsynguis laotiens

Sous terre, les paysages sont tout aussi beaux, souvent largement concrétionnés. Les perles des cavernes se dénombrent par milliers et servent de munitions aux frondes des laotiens…

DSCN1882
Concrétion étrange, très commune au Khammouane. Crédit Etienne Fabre

Les cavités explorées ont un profil subhorizontal souvent encombrées de chaos géants et ponctuées de montées et de descentes incessantes. Les explorations actuelles portent majoritairement sur des galeries qui doivent être atteintes en escalade, des réseaux perchés, ou sur les extrémités des anciennes explorations, les siphons terminaux. L’équipe mène aussi de rudes et longues prospections sur les tsynguis…

Techniquement l’exploration est donc plus aujourd’hui plus difficile qu’elle n’a pu l’être auparavant quand il s’agissait de parcourir les vastes galeries d’entrées situées près des villages.

Siphon de Tham [grotte] Jam. Crédit Stéphane Maifret.
Siphon de Tham [grotte] Jam. Crédit Stéphane Maifret
_DSC7719
Un peu de matériel… Crédit Denis Langlois

Autre dépaysement, les spéléos ont eu la chance de découvrir loin sous terre un squelette d’éléphant…

Découverte d'un squelette d'éléphant. Crédit Etienne Fabre
Découverte d’un squelette d’éléphant. Crédit Etienne Fabre

K16 sera suivie par K17, et espérons-le par K18… Car le Laos est une terre d’exception pour l’exploration spéléo du début du XXIe siècle.

En 2016, trois expéditions parrainées par la FFS ont lieu au Laos et dans les trois cas, ces explorations sont suivies depuis plusieurs années et donnent lieu à des rapports et à des publications.

 

Plus d’infos sur l’expé K16 : tous les posts du blog

Rapports d’expés et plus d’informations : Le site d’explo-Laos

_DSC7630
Laotiens construisant une maison dans un des villages qui logeait l’expédition. 30° au soleil… Crédit Denis Langlois
Crédit Denis Langlois
Crédit Denis Langlois
_DSC7708
Ban Nat, poljé de Ban Vieng. Crédit Denis Langlois.

Participants : Alexis Augustin, Mihai Baciu, Terry Bolger, Andreea Cohn, Etienne Fabre, Julien Fouquet, Charles Ghommidh, Marcel Guénot, Florence Guillot, Laurent Guizard, Richard Huttler, Denis Langlois, Bernard et Josiane Lips, Christian Locatelli, Jean-François Loyon, Stéphane Maifret, Tudor Marin, Laurent Mestre, Jean-Michel Ostermann, Isabelle Perpoli, Richard Quintilla.

 

 

K16 : Expédition spéléo et plongée spéléo au Laos

 

explos-laos site web

Dans 10 jours, l’équipe d’explo-Laos repart !

Crédit Philippe Crochet
Crédit Philippe Crochet

Suite des explorations sur le massif de Khamouanne, au sud du Laos : très beau karst

Crédit Eric Ardourel
Crédit Eric Ardourel

Plusieurs objectifs :

-Le massif de la Xé Bang Faï,

-le réseau de Houay-Saï / Khoun-Don qui totalise déjà plus de 40 km,

Expédition K15 - Laos Crédit Serge Caillault Houay-Saï / Khoun-Don
Expédition K15 – Laos Crédit Serge Caillault
Houay-Saï / Khoun-Don

-les cavités du polje de Ban Vieng, pertes du réseau de Houay-Saï / Khoun-Don et autres cavités en cours d’exploration.

Avec des spéléos français, roumains, américain et suisse : 7 plongeurs-spéléos et 15 spéléos

Alexis Augustin, Mihai Baciu, Terry Bolger, Andreea Cohn, Etienne Fabre, Julien Fouquet, Charles Ghommidh, Marcel Guénot, Florence Guillot, Laurent Guizard, Richard Huttler, Denis Langlois, Bernard et Josiane Lips, Christian Locatelli, Jean-François Loyon, Stéphane Maifret, Tudor Marin, Laurent Mestre, Jean-Michel Ostermann, Isabelle Perpoli, Richard Quintilla.

Crédit Denis Langlois
Crédit Denis Langlois

Expédition nationale FFS 2017

Bonjour

Comme chaque année, la FFS, lance l’appel à projet pour l’obtention du statut d’expédition nationale.
Vous obtiendrez toutes les informations sur ce statut sur notre page http://crei.ffspeleo.fr/Expeditions/Index.htm
et plus particulièrement sur
Je reste à votre disposition pour des compléments.
Les dossiers doivent être envoyés au secrétariat de la FFS pour une réception strictement avant le 30 décembre 17h, soit par courrier, soit par mail avec notification de réception à secretariat@ffspeleo.fr
Il faut aussi, en même temps, demander le parrainage fédéral pour l’expédition en question :
Les dossiers seront ensuite analysés au CT Crei de janvier puis, le statut sera attribué, ou pas, au CA d’administration de la FFS qui suivra.
bien cordialement
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cinquantenaire de l’U.I.S et karstschool entre le 15 et le 20 juin 2015 à Postojna (Slovénie)

Cette année, la 23ème karstological school de Postojna avait mis le paquet ! Au départ, je trouvais les frais d’inscription élevés (150 €) mais avec le programme offert, on ne peut qu’applaudir une telle organisation où ce fut un plaisir de revoir ou découvrir des collègues du monde entier. D’entrée de jeu, le cadeau : je peux enfin serrer la main de Trevor Shaw, le pape de l’histoire de la spéléologie (son ouvrage History of Cave science réédité en 1992 reste une bible) qui tel un fringant octogénaire suit, anime toute cette semaine. En fait, je découvre le vrai Karst que je ne connaissais que par les livres et les films !

IMGP0066

Planina Jama. Bernard Chirol

Les conférences s’enchaînent de la part de chercheurs du monde entier, beaucoup d’Europe centrale, des Amériques, des Antilles, d’Australie et Nouvelle-Zélande et pour notre pays, Philippe Audra, Christophe Gauchon et votre serviteur. La salle est vaste et souvent pleine, avec entre 100 et 200 spectateurs. Du mardi au jeudi, les après-midi sont consacrées à des excursions d’abord autour de Lubljana où nous admirons les paysages classiques du Karst éponyme, avec ses poljes, ses grottes géantes où s’engouffrent et ressortent de belles rivières souterraines. Nous sommes dans un relief compris entre 500 et 1000 m d’altitude, pas si différent de ce qu’on trouve dans le Jura. Nous visitons des sites pittoresquement karstiques, aux multiples entrées, arches naturelles (rivière Ljubljanica à Planinska jama, Rakov Skocjan, Cerknisko polje, etc). Didier Cailhol et Anaïs Debourg nous ont rejoints.

IMGP0026

Vilenica Jama. Le Pdt sud-coréen de l’UIS Kyung Sik Woo remercie les gestionnaires spéléos. Bernard Chirol.

Certains lieux sont en accès libre, d’autres sont fermés et n’ouvrent qu’en week-end grâce aux spéléos comme la fameuse et merveilleuse grotte de Villenica qui fut (les actes écrits le prouvent) parmi les premières cavités mondiales à recevoir des visiteurs payants en 1633.

Le clou des visites fut cependant la grotte de Skocjanske jame (Slovénie) où on nous rappela la mise en charge presque totale des conduits lors de la création de l’UIS en 1965 (sur 160 m de hauteur environ) et la Grotta Gigante (Italie) au curieux cylindre central mesurant les mouvements de la croûte terrestre. Pour clore le tout, la zone de résurgence du Timavo nous accueillit pour une visite guidée des captages, tout près de l’Adriatique.

Des collations étaient prévues, des pique-niques lors des déplacements en car. Une organisation parfaite de la part des membres de l’Institut du Karst de Postojna, notamment Andrej Mihevc et Nadja Zupan Hajna, toujours prêts à commenter les excursions favorisées aussi par nos collègues spéléologues slovènes et italiens. J’eus également le plaisir d’assister aux communications de mes collègues germanophones : F. Knolle sur la spéléologie pendant la guerre froide en Allemagne, Stephan Kempe sur les cavités volcaniques et le magistral exposé de l’Autrichien Johannes Mattes, Docteur fraîchement désigné pour sa maîtrise de l’histoire spéléologique dans l’ancien Empire Austro-Hongrois (livre publié). Nous eûmes le privilège de voir l’intervention d’Andrej Kranjc, karstologue et historien slovène.

IMGP0060

Protée à PLanina Jama.B. Chirol
Le bouquet final résida certainement en la visite de Postojna jama, l’incontournable où j’appréhendais de mettre les pieds à cause de son énorme fréquentation. Nous fûmes stupéfaits et comme des enfants dans un Disney-underground le long des 2 km de voies où le petit train serpentait à toute allure au milieu des concrétions de cette célèbre grotte, berceau de la spéléologie mondiale. La cérémonie du cinquantenaire se tint là, sous terre, avec les discours des dirigeants UIS, des politiques slovènes, au plus haut niveau et pour clore le tout un ballet lumineux bleuté orchestré par 4 danseurs sur une musique tecto qui n’affecta pas l’encaissant !

Restait à reprendre quelques forces au banquet de clôture, raffiné et animé de discours et rites surprenants. Durant le week-end, diverses réunions avec présence de Laurence Tanguille, Y. Contet, F. Delègue et C. Dodelin abordèrent la candidature officielle de la FFS pour un Congrès international UIS lyonnais en 2021 ainsi que la présentation du projet européen sur la spéléologie de Chypre (L. Satterfield). On peut retrouver ces activités et présentations dans le livret de cette 23ème Karstschool qui marquera l’histoire de l’UIS, si bien racontée par J. A. Labegalini dans le livre de 522 pages édité par l’UIS à cette occasion.

IMGP0087

Pont naturel vers Skokjanske Jama. B. Chirol

 

Bernard Chirol   FFS (CSRRA) / UIS  2015

Le Crac est arrivé !

CaptureLe Crac, c’est quoi ????

L’acronyme de « Compte-Rendu Annuel de la CREI »…

Décrit comme cela, c’est un peu sec et pas attirant. Pourtant, vous trouverez à l’intérieur, plein de comptes-rendus d’expéditions ou de formations !

N’hésitez pas à le télécharger et à le parcourir:

http://crei.ffspeleo.fr/Telechargement/CR-CREI-No23-2014.pdf