Tous les articles par Thierry

Phouhin Namno 2020

Du 25 février au 28 mars 2020, une équipe de l’EEGC – Étude & Exploration des Gouffres & Carrières – a poursuivi le travail engagé depuis 2002 dans les secteurs de Vang Vieng et Kasi au Laos. Les neuf membres de l’expédition Phouhin Namno 2020 : Ilian Robin, Leny Plumey, Thomas Marguet, Ludovic Guérault, Francois Lallier, Manon Perrin, Houari Kherbane, Guillaume Lapie et Marina Ferrand; ont poursuivi les explorations du système karstique de la Nam Fuang ainsi que le massif de Pha To (Pha Koi et Pha Lay) dans la région de Kasi.

Tham Loynam – Photo Francois Lallier

Sur le Pha Lay, la topographie de Tham Pha To 4 (découverte en 2019) a été poursuivie et s’achève sur un siphon. Quatre nouvelles cavités ont été découvertes et ont commencé à être explorées: Tham Lom (topo 305m), Tham Pha Hony, Tham Pha Hok ainsi qu’une petite cavité en pied de massif: Tham Pha To 8. Des observations biospéléologiques ont été faites dans Tham Pha (Tham Pha To 2) pour compléter celles de 2019, en vue de décrire une nouvelle espèce de coléoptère stygobie. Au pied du Pha Koy, une petite cavité, Tham Nam O (topo. 122m), a été découverte au niveau d’une résurgence qui alimente la Nam Kham en saison sèche.

Une nouvelle piste minière depuis Ban Houaytangnaï a facilité l’accès à l’extrême sud de la vallée centrale et a permis à une équipe d’atteindre la perte de la Nam Fuang dans Tham Pha Ka (topo. 920m). La topographique de cette cavité, engagée par l’EEGC à partir de la résurgence (2014, 2016 et 2019) a donc été poursuivie par un autre front mais la jonction avec la partie sud du réseau n’a pas été achevée et sera dans les objectifs à la prochaine expédition. Plusieurs suites fossiles ont été identifiées et notamment une grande galerie remontant vers le nord au delà de la perte actuelle. Dans le même secteur, un porche repéré sur image satellite s’est avéré être une nouvelle grotte qui a été explorée : Tham Thom (topo. 755m).

Tham Pha Yem – salle R2D2, photo Francois Lallier

Une autre partie de l’expédition s’est concentrée sur la vallée centrale du système de la Nam Fuang, qui a permis d’avancer sur l’exploration de Tham Pha Yem par la résurgence, notamment avec la découverte de nouvelles galeries fossiles supérieures grâce à des escalades souterraines. Ces parties nous ont permis d’atteindre le point le plus haut de la grotte (+210m au dessus du niveau de la rivière à la perte). Ce nouveau terminus pourrait donner une traversée en perspective, étant donné la présence de feuilles mortes et de graines germées trouvées sur le sol de la salle R2D2. Nous n’avons pas vu la lumière du jour, mais une traînée sombre le long du mur de la grande salle pourrait faire espérer une arrivée d’eau par le plafond de la salle. À noter que cette année était particulièrement sèche, et que la rivière souterraine dans Tham Pha Yem ne coulait pas, et la présence d’eau discontinue permettait de progresser dans le lit sec (boueux) de la rivière. Seul le siphon terminal n’avait pas l’air d’être affecté par cet épisode de sécheresse.

La perte du deuxième verrou souterrain de la Nam Fuang, Tham Loynam, a été explorée et topographiée jusqu’à être traversée par un fossile au dessus de la résurgence (50m d’altitude au dessus). La rivière Nam Fuang avait beaucoup plus de débit ici que dans Tham Pha Yem, et cette rivière provenait de la “résurgence de la pelleteuse” (NFR1-2). Nous n’avons pas eu le temps de topographier cette résurgence, mais elle donne l’impression d’être le principal bras actif de la Nam Fuang, tandis que Tham Pha Yem semble être un actif temporaire secondaire qui fonctionne par trop plein.

Enfin plusieurs tentatives ont été menées pour atteindre le gouffre Go Tham, dans le piton au nord de la vallée centrale et à l’est de la jonction de la vallée nord/centrale, mais sans réussir à l’atteindre à cause de la densité de végétation et du dénivelé trop important. Malgré tout, après avoir échangé un peu avec des chasseurs, il doit exister un chemin tracé, à chercher à la prochaine expédition. Néanmoins ces tentatives ont quand même permi de trouver quelques cavités en chemin, Tham Kob une résurgence temporaire (siphonnant rapidement), et une résurgence dans le canyon de Nam Yunan (nom donné par un chasseur) de type vauclusienne de 40m de profondeur sur pente argileuse encombrée de tronc d’arbre avec une vasque profonde en bas et aucune suite sèche.

Les mesures topographiques ont été faites à l’aide de DistoX1 et DistoX2 couplés à des terminaux Android équipés du logiciel TopoDroid. Le traitement des données, leur assemblage et la cartographie des grottes explorées sont toujours en cours. Nous utilisons le logiciel allemand CaveRenderPro pour traiter les résultats de cette expédition.

Nous avons topographié environ 6 800 mètres en cumulé et ajouté neuf nouvelles grottes à la liste des cavités répertoriées par nos expéditions précédentes.

L’ensemble de nos rapports d’expédition sont publiés sur https://eegc.org/.

PHOUHIN NAMNO 2019 :

https://eegc.org/wp-content/uploads/2020/03/EEGC.PHOUHINNAMNO.2019.pdf

PHOUHIN NAMNO 2016 :

https://eegc.org/wp-content/uploads/2020/03/PhouhinNamno_2016.pdf (la bonne version)

PHOUHIN NAMNO 2014 :

https://eegc.org/wp-content/uploads/2020/03/PhouhinNamno_2014.pdf

Phouhin Namno 2010 :

https://eegc.org/wp-content/uploads/2020/03/PhouhinNamno_2010.pdf

Expédition Cerro Rabón 2020

Coucher de soleil sur la montagne du Cerro Rabón (photo Diego Sanz)

Rentrés in extremis avant le début du confinement, c’était au milieu de la jungle mexicaine, qu’avait décidé de s’isoler une équipe de spéléos franco-helvético-italiano-américaine afin d’explorer le massif du Cerro Rabón (Etat d’Oaxaca au centre du Mexique). L’expédition s’est déroulée du 15 février au 13 mars 2020 et a rassemblé au total 19 spéléologues. L’objectif principal était de reprendre les explorations dans le système du Kijahe Xontjoa, un réseau karstique de grande ampleur dont les explorations, menées depuis les années 1980 et jusque dans les années 2000, ont déjà permis de découvrir ~30km de réseau pour ~1200m de profondeur. Le gouffre de Hard Rock, déjà en partie exploré, semblait être un accès plus direct au fond du système et c’est donc là que ce sont tout d’abord concentrés nos efforts pour permettre la jonction de cette cavité avec le reste du réseau du Kijahe Xontoja. 3 personnes ont été mobilisées sur 2 jours pour retrouver l’entrée de la cavité du Hard Rock et surtout pour tailler un chemin d’accès à travers la végétation tropicale afin de gravir les 300m de dénivelé et les 2,5km qui séparent le gouffre du camp de base. Un gros travail de rééquipement de la cavité a ensuite été nécessaire, et s’est vu perturbé par deux contraintes, une étroiture à -200m qui a fortement réduit les effectifs pour la suite de l’exploration et une météo très pluvieuse la première semaine du camp, freinant les descentes dans cette cavité. En effet, de nombreux puits, dont certains dépassent 150m de profondeur, sont parfois fortement arrosés. Plusieurs pointes ont permis d’une part la jonction de Hard Rock cave avec le système du Kijahe Xontoja vers –920m et d’autre part l’exploration de nouvelles galeries vers -650m. Face à une météo capricieuse et un temps restant limité, seule une pointe de 3 jours, réalisée par des suisses et des italiens, a permis de descendre au fond du Kijahe Xontoja afin d’évaluer les chances de poursuite du réseau. Au cours de cette expédition, 2,5km ont été rajoutés au réseau du Kijahe Xontoja qui atteint à ce jour un développement de 34,9km et une profondeur de 1206m.

Prospection par jour de beau temps dans la forêt mexicaine (photo Diego Sanz)

Dans le même temps, une autre cavité, Nita Nanga, s’ouvrant à proximité d’Hard Rock, a été explorée jusqu’à -250m présentant une succession de puits parallèles à ceux d’Hard Rock sans pour autant les rejoindre.

Parallèlement, une prospection a été initiée dans une grande doline située au-dessus du fond du réseau du Kijahe Xontojoa, moins loin du camp de base et moins haut en altitude. Bien que l’accès de cette zone soit relativement facile, la progression dans la doline en elle-même est difficile de part la densité de végétation dans la jungle et le relief karstique chaotique. Les signaux GPS se perdaient et nous avions alors recours aux levés topographiques de surface pour nous repérer. Les cavités explorées dans cette zone ne dépassent guère 100m pour l’instant, mais nos espoirs demeurent sur d’autres entrées repérées et encore non explorées, faute de temps.

D’autres secteurs ont également fait l’objet de prospections pour ouvrir de nouvelles zones d’exploration. La progression dans la jungle n’est pas toujours aisée. Il faut parfois jusqu’à 2h30 pour avancer de… 150m… Plusieurs cavités ont été repérées, quelques unes explorées dont la plus profonde, le gouffre de Crêtes, atteint -190m dans des volumes importants sans avoir pu être intégralement explorée, par manque de temps, et qui reste un objectif prometteur.

Exploration dans la cavité Nita Nanga, nom mazatec signifiant la « grotte du papillon » (photo Diego Sanz)

Suite à cette expédition 2020, la liste des cavités du Cerro Rabón s’enrichit donc 22 nouvelles cavités recensant ainsi un total de 180 cavités dont certaines offrent de belles perspectives d’exploration pour les prochaines expéditions. Au-delà du bilan spéléologique, l’expédition Cerro Rabón 2020 fut aussi une belle expérience humaine riche d’échanges linguistiques et philosophiques entre des spéléos venant de divers horizons, riche en partages avec les locaux, et (très) riche en tortillas et en chocolat (merci aux suisses !).

Cette expédition fut le fruit d’une collaboration entre membres de plusieurs fédérations de spéléologie européennes : FFS, SSS et SSI. Nous remercions ici particulièrement la Fédération Française de Spéléologie pour le parrainage de cette expédition par l’intermédiaire de la CREI.

Amandine Laborde, pour la team Cerro Rabón 2020.

 

Les EuroSpeleo

Depuis 2006, la FSE (Fédération Spéléologique Européenne) et ses sponsors soutiennent des projets incluant des spéléos de différents pays.

Quels types de projets ?
Les actions soutenues peuvent être de différentes natures :
 Des stages de formation technique ou scientifique
 Des camps d’exploration ou des expéditions
 Des rassemblements et camps de jeunes (moins de 26 ans)
 Des rencontres spéléo (festivals, congrès, colloques, …)
 Etc…

Qui peut être aidé ?
Tout individu, club, organisation locale ou nationale (commission, fédération) appartenant à un pays membre de la FSE.

Les critères
L’activité devra inclure la participation de spéléologues d’au moins 4 pays européens (3 pays si projet avec participation de spéléos d’Amérique latine ou de la zone AME (Afrique/ Moyen-Orient) ou
d’Asie). Le critère pris en compte est la nationalité et non le lieu de résidence.
Attention, la demande devra être faite au moins 4 mois en amont de la date du projet. En deçà de ce délai aucune demande ne sera étudiée.

Quelles aides ?
En fonction du nombre de pays et du nombre de participants par pays, une ou plusieurs aides, à choisir parmi les items suivants, peuvent être sollicitées :
 – Aide financière d’un minimum de 400 € (versée à la réception du rapport)
 – 200 m de corde Korda’s
 – 400 € de matériel Aventure Verticale (AV)
 – 1 lampe Scurion 900

Quels engagements ?
1. Avant l’action :
Les organisateurs s’engagent à tenir informés la FSE des préparatifs.
2. A l’issue du projet :
Les organisateurs doivent :
– Fournir des photos mettant en valeur le matériel fourni par les sponsors.

– Réaliser un court résumé de l’action devant être envoyé dans les 3 semaines après la fin du projet.

– Réaliser un rapport plus complet devant être envoyé dans les 3 mois (avec au moins un résumé en français et anglais) pour être publié sur le site de la FSE

Dans sa communication, le projet devra mettre en évidence le soutien de la FSE et de ses sponsors.

Comment faire sa demande ?
Toute demande ou information doit passer par l’organisation nationale du pays qui fait la demande et son délégué à la FSE.

Pour la France : Michel Isnard, délégué de la FFS, mèl : mi_speleo06@yahoo.fr.
Pour les autres pays, voir l’annuaire de la FSE :
https://eurospeleo.eu/images/stories/docs/FSE-Directory-2019-10-23.pdf

Le formulaire de demande ainsi que le détail des notes explicatives peuvent être téléchargés à partir de la page suivante : https://eurospeleo.eu/fr/documentation.html
Pour voir des exemples de projets soutenus ces dernières années :
https://eurospeleo.eu/fr/eurospeleo-projects.html

Spelunca 157

Bonjour à toutes et à tous,

En ces temps de confinement, il est nécessaire de s’évader pour chacun d’entre nous, ne serait-ce qu’à travers les récits, les explos ou tout simplement les articles qui évoquent nos passions communes…

C’est pourquoi exceptionnellement, la FFS a le plaisir de vous offrir le tout dernier numéro de Spelunca, en libre accès sous forme numérique !

C’est également l’occasion pour tous de découvrir la nouvelle version, avec une typographie et une organisation différentes, pour encore plus de plaisir à lire…

 

Voici son lien d’accès : https://ffspeleo.fr/zaa43.

En vous souhaitant bonne lecture !

Prenez bien soin de vous

La FFS

Bulletin d’Information EuroSpeleo, mars 2020

C’est avec grand plaisir que la Fédération Spéléologique Européenne (FSE) publie le Bulletin d’Information EuroSpeleo, mars 2020. Ce bulletin sera exclusivement disponible sous forme électronique, et il sera distribué à travers les listes de diffusion FSE, le site Web et la page Facebook. Il sera édité par le Bureau de la FSE et informera les pays membres et spéléologues individuels sur des choses importantes à l’échelle nationale et internationale ainsi que de nouveaux développements et des initiatives de la FSE et ses pays membres. Ce bulletin sera publié sur une base occasionnelle.

S’il vous plaît diffuser ce bulletin d’information sur la manière la plus large possible parmi les clubs spéléologiques et spéléologues individuels et tous ceux qui s’intéressent.

Vous pouvez télecharger la version Française du Bulletin d”Information de mars 2020 ici:

https://www.eurospeleo.eu/images/stories/docs/europeleo-news/Newsletter%20mars%202020%20Francais.pdf

Cordialement,

Le Bureau de la FSE, mars 2020

le projet KarstLink.

Vous vous êtes sans doute demandé comment faire pour trouver des données sur les cavités ? Comment relier les cavités aux documents qui en parlent ? Comment créer des liens entre les observations scientifiques, les mesures réalisées par les capteurs et les cavités dans lesquelles ces observations ont été réalisées ? Comment appliquer une requête à un groupe de bases de données même si elles sont indépendantes et dispersées dans le monde ?

C’est ce que vous propose le projet KarstLink.

KarstLink est une coopération internationale visant à organiser le partage en ligne, lisible par des machines, de données sur les cavités et sur l’environnement karstique. Initié par Wikicaves, la FFS et la FSE, le travail autour du projet est porté par l’IUS, pour permettre une large coopération internationale.

Vous pouvez découvrir une présentation du projet ici et plus de détail sur le programme sur cette page

Le projet s’est fixé pour objectif d’utiliser des outils standardisés du W3C relatifs au Web sémantique et au web des données afin de décrire l’environnement des cavités et des phénomènes karstiques et ainsi offrir à tous les gestionnaires de bases de données un moyen de partager leur travail sans modifier leur structure interne.

Le premier objectif est de présenter, lors du congrès de l’IUS en 2021, une ontologie et des exemples de bases de données échangeant des données, en utilisant cette ontologie.

Si ce projet vous intéresse et que vous souhaitez y participer vous pouvez d’ors et déjà:

  • Créez un compte sur le wiki de Karstlink
  • Vous abonner à la liste de diffusion
  • Participer à la rédaction des règles de fonctionnement du projet
  • Indiquer que votre organisation est partenaire du projet et comment elle envisage d’y contribuer
  • Découvrir et proposer des outils pratiques pour faire du web sémantique
  • Présenter des bases de données qui donnent accès à des données du domaine du Karst
  • Et pour finir indiquer quels sont les objets que vous souhaitez décrire avec les outils du web sémantique.

Le lancement officiel du projet aura lieu à ANEK 2020 organisé par la FFS à Bourg en Bresse les 4 et 5 avril.

Nous vous donnons rendez-vous samedi entre 17h et 18h30

Merci de faire suivre ce message à tous les personnes que tu connais qui pourraient être intéressées.

 

L’équipe de pilotage

Eric Madelaine

Peter Matthews

Yannick Decker