Phouhin Namno 2020

Du 25 février au 28 mars 2020, une équipe de l’EEGC – Étude & Exploration des Gouffres & Carrières – a poursuivi le travail engagé depuis 2002 dans les secteurs de Vang Vieng et Kasi au Laos. Les neuf membres de l’expédition Phouhin Namno 2020 : Ilian Robin, Leny Plumey, Thomas Marguet, Ludovic Guérault, Francois Lallier, Manon Perrin, Houari Kherbane, Guillaume Lapie et Marina Ferrand; ont poursuivi les explorations du système karstique de la Nam Fuang ainsi que le massif de Pha To (Pha Koi et Pha Lay) dans la région de Kasi.

Tham Loynam – Photo Francois Lallier

Sur le Pha Lay, la topographie de Tham Pha To 4 (découverte en 2019) a été poursuivie et s’achève sur un siphon. Quatre nouvelles cavités ont été découvertes et ont commencé à être explorées: Tham Lom (topo 305m), Tham Pha Hony, Tham Pha Hok ainsi qu’une petite cavité en pied de massif: Tham Pha To 8. Des observations biospéléologiques ont été faites dans Tham Pha (Tham Pha To 2) pour compléter celles de 2019, en vue de décrire une nouvelle espèce de coléoptère stygobie. Au pied du Pha Koy, une petite cavité, Tham Nam O (topo. 122m), a été découverte au niveau d’une résurgence qui alimente la Nam Kham en saison sèche.

Une nouvelle piste minière depuis Ban Houaytangnaï a facilité l’accès à l’extrême sud de la vallée centrale et a permis à une équipe d’atteindre la perte de la Nam Fuang dans Tham Pha Ka (topo. 920m). La topographique de cette cavité, engagée par l’EEGC à partir de la résurgence (2014, 2016 et 2019) a donc été poursuivie par un autre front mais la jonction avec la partie sud du réseau n’a pas été achevée et sera dans les objectifs à la prochaine expédition. Plusieurs suites fossiles ont été identifiées et notamment une grande galerie remontant vers le nord au delà de la perte actuelle. Dans le même secteur, un porche repéré sur image satellite s’est avéré être une nouvelle grotte qui a été explorée : Tham Thom (topo. 755m).

Tham Pha Yem – salle R2D2, photo Francois Lallier

Une autre partie de l’expédition s’est concentrée sur la vallée centrale du système de la Nam Fuang, qui a permis d’avancer sur l’exploration de Tham Pha Yem par la résurgence, notamment avec la découverte de nouvelles galeries fossiles supérieures grâce à des escalades souterraines. Ces parties nous ont permis d’atteindre le point le plus haut de la grotte (+210m au dessus du niveau de la rivière à la perte). Ce nouveau terminus pourrait donner une traversée en perspective, étant donné la présence de feuilles mortes et de graines germées trouvées sur le sol de la salle R2D2. Nous n’avons pas vu la lumière du jour, mais une traînée sombre le long du mur de la grande salle pourrait faire espérer une arrivée d’eau par le plafond de la salle. À noter que cette année était particulièrement sèche, et que la rivière souterraine dans Tham Pha Yem ne coulait pas, et la présence d’eau discontinue permettait de progresser dans le lit sec (boueux) de la rivière. Seul le siphon terminal n’avait pas l’air d’être affecté par cet épisode de sécheresse.

La perte du deuxième verrou souterrain de la Nam Fuang, Tham Loynam, a été explorée et topographiée jusqu’à être traversée par un fossile au dessus de la résurgence (50m d’altitude au dessus). La rivière Nam Fuang avait beaucoup plus de débit ici que dans Tham Pha Yem, et cette rivière provenait de la “résurgence de la pelleteuse” (NFR1-2). Nous n’avons pas eu le temps de topographier cette résurgence, mais elle donne l’impression d’être le principal bras actif de la Nam Fuang, tandis que Tham Pha Yem semble être un actif temporaire secondaire qui fonctionne par trop plein.

Enfin plusieurs tentatives ont été menées pour atteindre le gouffre Go Tham, dans le piton au nord de la vallée centrale et à l’est de la jonction de la vallée nord/centrale, mais sans réussir à l’atteindre à cause de la densité de végétation et du dénivelé trop important. Malgré tout, après avoir échangé un peu avec des chasseurs, il doit exister un chemin tracé, à chercher à la prochaine expédition. Néanmoins ces tentatives ont quand même permi de trouver quelques cavités en chemin, Tham Kob une résurgence temporaire (siphonnant rapidement), et une résurgence dans le canyon de Nam Yunan (nom donné par un chasseur) de type vauclusienne de 40m de profondeur sur pente argileuse encombrée de tronc d’arbre avec une vasque profonde en bas et aucune suite sèche.

Les mesures topographiques ont été faites à l’aide de DistoX1 et DistoX2 couplés à des terminaux Android équipés du logiciel TopoDroid. Le traitement des données, leur assemblage et la cartographie des grottes explorées sont toujours en cours. Nous utilisons le logiciel allemand CaveRenderPro pour traiter les résultats de cette expédition.

Nous avons topographié environ 6 800 mètres en cumulé et ajouté neuf nouvelles grottes à la liste des cavités répertoriées par nos expéditions précédentes.

L’ensemble de nos rapports d’expédition sont publiés sur https://eegc.org/.

PHOUHIN NAMNO 2019 :

https://eegc.org/wp-content/uploads/2020/03/EEGC.PHOUHINNAMNO.2019.pdf

PHOUHIN NAMNO 2016 :

https://eegc.org/wp-content/uploads/2020/03/PhouhinNamno_2016.pdf (la bonne version)

PHOUHIN NAMNO 2014 :

https://eegc.org/wp-content/uploads/2020/03/PhouhinNamno_2014.pdf

Phouhin Namno 2010 :

https://eegc.org/wp-content/uploads/2020/03/PhouhinNamno_2010.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *